Les ascenseurs bientôt obligatoires dans les logements neufs de trois étages

Par souci d’accessibilité aux personnes handicapées et aux personnes âgées, le gouvernement va rendre obligatoire la présence d’un ascenseur dans les logements neufs d’au moins trois étages, contre quatre actuellement.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les ascenseurs seront bientôt obligatoires dans les logements neufs de trois étages.
Les ascenseurs seront bientôt obligatoires dans les logements neufs de trois étages.

Tous les bâtiments d’habitation neufs, dans le public comme dans le privé, seront bientôt obligés de comporter un ascenseur dès lors qu’ils ont au moins trois étages. La mesure sera adoptée « dans les mois qui viennent », a confirmé mercredi 26 septembre le Premier ministre, Edouard Philippe, lors d’un déplacement consacré au projet de loi Elan (Evolution du logement, de l’aménagement et du numérique) à Cergy dans le Val-d’Oise.

« Nous étions en retard, je veux rattraper ce retard et nous voulons faire en sorte que les logements neufs qui sont construits puissent être toujours pensés et conçus avec ce souci de l’inclusion et ce souci de l’adaptation permanente », a-t-il ajouté. Jusqu’à présent, les ascenseurs étaient obligatoires à partir de quatre étages.

« C’est une avancée majeure qui permet d’augmenter considérablement l’accessibilité réelle des logements », s’est félicitée Sophie Cluzel, la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées. Cette mesure « concerne non seulement les 850 000 personnes à mobilité réduite, mais aussi les 7 millions de personnes de plus de 75 ans qui aspirent en grande majorité à rester à domicile », a-t-elle argumenté dans un communiqué.

20 % de logements accessibles aux personnes handicapées dans le neuf

« C’est une nouvelle attendue depuis longtemps par les associations mais cela ne compense en rien la baisse du nombre de logements accessibles due à l’article 18 de la loi Elan », a réagi sur Twitter l’Association des paralysés de France. Cet article, qui a suscité de vives réactions, fait passer de 100 % à 20 % la part de logements accessibles aux personnes handicapées dans l’immobilier neuf. Initialement prévu à 10 %, puis 30 %, ce taux a finalement été fixé à 20 % le 19 septembre dernier par une Commission mixte paritaire (7 députés, 7 sénateurs) chargée d’examiner le projet de loi Elan. A la place, le gourvernement mise sur les logements évolutifs.

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé le doublement des moyens de l’Agence nationale de l’Habitat (Anah) destinés à financer les travaux d’accessibilitédes logements existants des ménages les plus modestes. Ils passeront de 50 à 100 millions d’euros.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :