L’eau du robinet contient du plastique

Un peu partout sur la planète, l’eau du robinet serait contaminée par des microparticules de plastique. Avec 72 % des échantillons pollués, les pays européens sont les moins touchés.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
L'eau du robinet contient des microparticules de plastique.
L'eau du robinet contient des microparticules de plastique.

Faut-il continuer à boire l’eau du robinet ? D’après une étude réalisée par des scientifiques à l’initiative du site Orb Media, un peu partout dans le monde l’eau potable est contaminée par des microparticules de plastique. Les quantités retrouvées varient d’un pays à l’autre.

Les scientifiques ont effectué des prélèvements dans une douzaine de pays. Les résultats sont inquiétants : 83 % d’entre eux contenaient des fibres plastiques. Aux Etats-Unis et au Liban, 94 % des échantillons analysés se sont révélés positifs. Outre-Atlantique, les scientifiques ont prélevé de l’eau « dans des endroits tels que le Congrès, les bureaux de l’agence de protection de l’environnement et la Trump Tower à New York », rapporte le quotidien britannique The Guardian qui a partagé l’étude.

Vient ensuite l’Inde, avec 82 % des échantillons contaminés à New Delhi. En Ouganda, le taux atteint 80,8 %, en Equateur 79,2 % et en Indonésie 76,2 %.

Les taux de contamination « les plus bas » en Europe

« Les pays européens, dont le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France, ont le taux le plus bas, lequel s’élève tout de même à 72 % », explique The Guardian. « Le nombre moyen de fibres de plastique trouvées dans chaque échantillon de 500 ml d’eau du robinet s’élèvent à 4,8 aux Etats-Unis, contre 1,9 en Europe ».

Pour le moment, les scientifiques ne connaissent pas la cause exacte de cette contamination. Plusieurs pistes sont à l’étude. Les fibres de plastique peuvent être évacuées par les machines à laver : chaque cycle pourrait relâcher 700 000 fibres dans l’environnement. Les sèche-linge sont également une piste sérieuse puisqu’ils « ventilent » à l’air libre. Enfin, les vêtements, tapis ou moquette laissent se propager en masse des fibres dans l’air et dans l’eau.

Suite à cette étude, les chercheurs appellent à ce que la recherche se penche sur les implications de cette présence de plastique dans l’eau pour la santé.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :