Le surteintage des vitres avant des voitures, une contravention dès 2017

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un contrôle routier dans la banlieue de Lyon, en octobre 2011.
Un contrôle routier dans la banlieue de Lyon, en octobre 2011. Un contrôle routier dans la banlieue de Lyon, en octobre 2011.

Utiliser une voiture aux vitres avant surteintées sera passible d’une contravention à partir du 1er janvier 2017, selon un décret publié jeudi 14 avril au Journal officiel.

« Les vitres du pare-brise et les vitres latérales avant côté conducteur et côté passager doivent […] avoir une transparence suffisante », indique le texte.

Le taux minimal de transparence sera de 70 %.

Une amende de 135 € et 3 points de permis en moins

Les conducteurs en infraction risqueront une amende de 135 € et un retrait de 3 points du permis de conduire.

« Un surteintage excessif des vitres représente un réel danger », fait valoir le ministère de l’Intérieur.

« Le contact visuel avec le conducteur d’un véhicule suivi ou croisé permet d’anticiper sa conduite », détaille le ministère dans un communiqué. Il est aussi « primordial à la sécurité des piétons lorsqu’ils s’engagent sur un passage protégé ».

De plus, les vitres surteintées réduisent « la vision du conducteur, en particulier de nuit ».

Pour le ministère, la police et la gendarmerie pourront « mieux contrôler et donc sanctionner l’usage du téléphone au volant, le port de l’oreillette en conduisant et le défaut du port de la ceinture de sécurité ».

Les difficultés de mise en application

Mais à en croire l’avocat Rémy Josseaume, « le conducteur ne pourra pas toujours savoir si les vitres teintées du véhicule qu’il conduit sont conformes à la règle ou non ».

« D’autres questions restent à résoudre : quid de la conduite d’un véhicule d’entreprise [ou] de location qui ne serait pas aux normes ? », se demande dans un communiqué l’Automobile Club des Avocats, l’association dont Rémy Josseaume est président.

A lire aussi