Le gouvernement lance un portail pour promouvoir l’oenotourisme

« Visit French wine », c’est le nom du site lancé par le ministère des Affaires étrangères pour promouvoir le tourisme œnologique en France. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Le  portail Visit French Wine veut promouvoir l’oenotourisme auprès des visiteurs étrangers.
Le portail Visit French Wine veut promouvoir l’oenotourisme auprès des visiteurs étrangers. Le portail Visit French Wine veut promouvoir l’oenotourisme auprès des visiteurs étrangers.

Mardi 8 février, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, a lancé le site Visit French Wine, un portail bilingue du tourisme œnologique en France. Le but : promouvoir l’oenotourisme et doper les visites de vignobles et de caves.

Le site, disponible à la fois en anglais et en français, propose des idées d’escapades dans les dix-huit zones viticoles. De l’Alsace, à la Bourgogne en passant par le Jura ou encore dans le Val-de-Loire, le portail détaille pour chacune de ces grandes terres viticoles les appelations et les cépages dominants.

4 millions de visiteurs étrangers pour 2020

Portraits de vignerons, cartes interactives et formulaire pour trouver le séjour adapté selon ses envies... Visit French Wine se donne les moyens pour attirer les touristes. En 2010, trois millions de touristes étrangers ont visité les terres viticoles françaises. « L’objectif - il faut toujours se fixer des objectifs -, c’est qu’au moins pour les années qui viennent, peut-être 2020, on puisse atteindre 4 millions de visiteurs » a déclaré Laurent Fabius lors du lancement du site.

« Le secteur du vin, c’est à la fois un secteur économiquement et culturellement très important, qui fait partie de l’identité de la France, a indiqué le chef de la diplomatie.

Les exportations de vin, annuellement, sont égales à la vente de 114 Rafale, a-t-il précisé.

A lire aussi

Partager cet article :