Le chômage a rebondi en août

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

C’est la plus forte hausse depuis janvier 2013. Le nombre de chômeurs sans aucune activité et tenus de rechercher un poste est reparti à la hausse en août, avec 50 200 personnes supplémentaires sans aucune activité en France métropolitaine, indiquent le ministère du Travail et Pôle emploi lundi 26 septembre.

Après deux mois consécutifs de progression, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A avait baissé de 19 100 en juillet.

Contrecoup des attaques terroristes de l’été

Le gouvernement relativise. L’évolution « demeure favorable : le nombre de demandeurs d’emploi sans activité diminue depuis le début de l’année (– 23 700 personnes) », observe la ministre du Travail dans un communiqué.

Pour Myriam El Khomri, le rebond du mois d’août, qui porte à 3 556 800 le nombre de personnes inscrites dans cette catégorie, est dû « notamment » au contrecoup des « attentats de juillet », « certains secteurs » ayant été « particulièrement affectés », tels que le « tourisme », l’« hôtellerie-restauration », le « commerce de loisir ».

« Cette hausse a par ailleurs été amplifiée par une augmentation inhabituelle du nombre d’actualisations des demandeurs d’emploi, due notamment à un effet calendaire (nombre de jours ouvrés plus élevé) », justifie Myriam El Khomri.

En 2016, les périodes où les chômeurs doivent actualiser leur situation auprès de Pôle emploi s’étalent du 28 du mois précédent (le 26 en février) jusqu’au 15 du mois en cours. La période du 28 juillet au 15 août comprenait deux jours ouvrés de plus que celle du 28 juin au 15 juillet, remarque le quotidien Les Echos. Moins de personnes sont donc sorties des statistiques du chômage.

Augmentation dans les catégories B et C

Mais d’autres indicateurs révèlent la morosité du marché de l’emploi. Le nombre de chômeurs inscrits en catégorie B, c’est-à-dire ayant travaillé 78 heures ou moins, « a augmenté de 9 300 personnes sur trois mois et s’établit à 725 500 », précise dans un communiqué la Direction de l’animation, de la recherche et des statistiques (Dares) du ministère du Travail (voir graphique ci-dessus).

Le nombre de demandeurs d’emploi ayant travaillé davantage (catégorie C) s’est accru de 44 100 personnes entre juin et août, pour atteindre 1 235 900 (voir graphique ci-dessus).

POUR ALLER PLUS LOIN