La sécurité de l’Euro va mobiliser 90 000 personnes

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L’Etat déploie notamment 42 000 policiers et 30 gendarmes pour l’événement.
L’Etat déploie notamment 42 000 policiers et 30 gendarmes pour l’événement. L’Etat déploie notamment 42 000 policiers et 30 gendarmes pour l’événement.

L’Euro approche. La France accueille du 10 juin au 10 juillet le Championnat d’Europe de football*. La sécurité de la compétition mobilisera quelque 90 000 personnes, a annoncé mercredi 25 mai Bernard Cazeneuve.

Le ministre de l’Intérieur dévoilait un « dispositif exceptionnel » pour faire face à la menace terroriste, qui s’ajoute aux risques de hooliganisme et de présence de casseurs, redoutée dans un climat social tendu.

Samedi dernier, des incidents lors match PSG-OM ont révélé les failles du nouveau dispositif de sécurité en vigueur au Stade de France à Saint-Denis, l’un des lieux des attentats du 13 novembre.

Le détail des personnels mobilisés

Selon le dossier de presse publié par le ministère, seront présents :

  • 42 000 policiers ;
  • 30 000 gendarmes ;
  • 5 200 personnels de la sécurité civile dont 2 500 pompiers ;
  • certains militaires de l’opération Sentinelle, lancée après les attaques terroristes de janvier 2015 ;
  • 13 000 agents de sécurité privée ;
  • 1 000 bénévoles des associations de secourisme ;
  • des policiers municipaux, mobilisés par les maires des villes-hôtes qui le souhaitent.

La sécurité dans les stades est prise en charge par la société organisatrice de l’Euro. « Toutefois, des policiers et gendarmes pourront y être positionnés », précise le ministère. Certains seront aussi présents « à la périphérie des enceinetes ».

Les fans-zones maintenues

« L’organisation et la sécurisation » des fans-zones, ces emplacements de diffusion des matches sur écran géant dans les villes hôtes des matches, seront assurées par les collectivités qui les accueillent. Mais des forces de l’ordre seront également positionnées.

Comme pour entrer au stade, les supporters devront se soumettre à des palpations et à des fouilles.

Ces zones sont décriées. Celle du Champ-de-Mars à Paris, en face de la Tour Eiffel, suscite ainsi la vive inquiétude des commerçants et des riverains, qui craignent la présence de casseurs.

* Les matches se déroulent dans dix villes : Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Saint-Denis, Saint-Etienne, Toulouse.

A lire aussi