La publicité au sol autorisée dans 3 villes de France

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
L'expérimentation va durer 18 mois.

Un décret paru dimanche 24 décembre au Journal officiel autorise Bordeaux, Lyon et Nantes à tester pendant 18 mois les marquages publicitaires sur les trottoirs. Cette expérimentation « déroge à plusieurs règles du Code de la route et du Code de l’environnement », souligne le texte puisque ces codes interdisent d’apposer des publicités sur l’asphalte.

Toutefois, des règles précises encadrent ce dispositif. Les publicités devront être réalisées « directement au sol par projection ou application, à travers un pochoir, d’eau ou de peintures biodégradables à base aqueuse ou à base de craie ». Elles ne pourront pas rester plus de dix jours visibles, ne devront pas excéder 2,50 m² et devront être espacées les unes des autres d’au moins 80 mètres. Autre règle destinée à garantir la sécurité cette fois : les réclames ne doivent pas diminuer les « caractéristiques d’adhérence du trottoir ».

Une évaluation tous les six mois

Tous les six mois, le dispositif de publicités éphémères au sol sera évalué dans chaque ville afin que soit remis à l’issue de l’expérimentation un rapport final indiquant combien de commerçants, d’artisans, d’exploitants de sites culturels et d’annonceurs y ont eu recours. Le rapport précisera également l’opinion des riverains sur l’utilité des informations diffusées et si la mesure a eu un impact sur les accidents de la route et les chutes de passants.

Selon les circonstances, les ministères de l’Environnement, de l’Intérieur et de l’Economie pourront suspendre l’expérimentation ou y mettre un terme à tout moment par arrêté conjoint.

A lire aussi