La prime à l’embauche pour les PME s’arrêtera en juin 2017

Le dispositif Embauche PME s’arrêtera fin juin 2017. Les économies dégagées serviront à financer 165 000 formations de chômeurs au premier semestre 2017.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La prime à l’embauche pour les PME s’arrêtera en juin 2017
La prime à l’embauche pour les PME s’arrêtera en juin 2017 La prime à l’embauche pour les PME s’arrêtera en juin 2017

Depuis janvier, près de 750 000 demandes d’aide à l’embauche pour les PME ont été déposées auprès de l’administration, dont les deux tiers pour des CDI. Mais le ministère du Travail vient d’annoncer que la mesure s’arrêtera fin juin 2017, six mois avant la date prévue.

Les petites et moyennes entreprises et les associations de moins de 250 salariés qui souhaitent embaucher en CDI ou en CDD de plus de six mois un salarié payé jusqu’à 1,3 fois le SMIC peuvent recevoir depuis 2016 l’aide Embauche PME de 4 000 € sur deux ans. Soit une prime de 500 € chaque trimestre. 1,9 milliard d’euros étaient prévus dans le budget 2017 pour poursuivre le dispositif une année supplémentaire. Mais le gouvernement a changé d’avis et décidé de l’arrêter fin juin 2017.

La reprise de la croissance ne nécessite plus le maintien de l’aide

L’exécutif s’est justifié en déclarant que le dispositif était très efficace en phase de reprise pour stimuler les embauches. Or, en juin 2017, l’économie française aura dépassé ce stade. « Maintenir cette aide au-delà du premier semestre ne produira que des effets d’aubaine », explique-t-on au ministère du Travail. D’après celui-ci, les PME embaucheront malgré la suppression de ce coup de pouce.

Les crédits ainsi dégagés serviront à financer 165 000 formations à destination des chômeurs. Les résultats du plan « 500 000 formations supplémentaires » étant positifs, le gouvernement a décidé de le poursuivre pendant au moins les six prochains mois. « Ce sont les deux volets du plan d’urgence pour l’emploi décidé en janvier 2016 par le président de la République, explique-t-on au ministère. C’est la même politique publique donc on peut tout à fait allouer les crédits à l’un ou l’autre des dispositifs ».

945 000 chômeurs bénéficieraient du plan « 500 000 formations »

Depuis son lancement en janvier dernier, le gouvernement recensait fin septembre 640 000 entrées en formation. A cela se sont ajoutées les inscriptions en stages, en octobre et novembre, ainsi que les actions d’accompagnement pour créer son entreprise et les contrats de professionnalisation. Au total, 945 000 chômeurs seraient concernés par ces mesures. Un chiffre très proche de l’objectif fixé pour l’année : passer de 500 000 demandeurs d’emploi formés à un million.

Partager cet article :