Jardin : les pesticides « chimiques » interdits en 2019

Dans moins de deux ans, vous ne pourrez plus utiliser de pesticides chimiques pour entretenir votre jardin. Vous devrez adopter des méthodes alternatives naturelles.
2mn de lecture
Jardiniers amateurs, vous allez devoir apprendre à jardiner autrement.
Jardiniers amateurs, vous allez devoir apprendre à jardiner autrement.

L’objectif zéro pesticide du gouvernement se met en place. Depuis le 1er janvier, l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics ne peuvent plus utiliser de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces publics : espaces verts, parcs, promenades, forêts, voiries. Au 1er janvier 2019, ce sera au tour des jardiniers amateurs de se voir interdire l’usage de pesticides de synthèse.

Ces mesures sont inscrites dans la loi Transition énergétique pour la croissance verte, votée le 22 juillet 2015. Le gouvernement souhaite protéger les populations et l’environnement. Pour rappel, les produits phytosanitaires, appelés au sens large pesticides, désignent les insecticides, fongicides, herbicides et autres biocides d’origine chimique.

Les produits chimiques ne sont déjà plus vendus en libre-service

Si l’interdiction totale de vente de produits phytosanitaires aux particuliers prendra effet en 2019, depuis le 1er janvier ces produits ne sont déjà plus vendus en libre-service dans les rayons des jardineries. Ainsi, plus question de trouver en rayon un désherbant comme le Roundup.

Ces produits sont désormais délivrés après un conseil personnalisé donné par un vendeur certifié. En clair : c’est le vendeur qui vous remettra le produit après vous avoir informé sur les conditions de son utilisation, les dosages et les précautions à prendre.

Les produits de biocontrôle, c’est-à-dire de lutte biologique intégrée, ceux à faible risque, type purins, ainsi que les produits autorisés en agriculture biologique (à base de substances naturelles) ne sont pas concernés.

Désherber autrement

Jardiniers amateurs, vous allez devoir apprendre à jardiner autrement. Vous pouvez recourir aux produits de biocontrôle, censés remplacer les produits chimiques. Le biocontrôle désigne les techniques de protection des plantes au moyen de quatre familles d’agents naturels : les auxiliaires (ou macro-organismes, comme les coccinelles), les micro-organismes bénéfiques (bactéries, champignons…), les substances naturelles et les médiateurs chimiques (phéromones sexuelles). Même si les produits bio ne représentent aujourd’hui que 5 % du marché de la protection des plantes, ils vont se développer dans les années à venir.

Vous pouvez également adopter des pratiques naturelles comme améliorer la fertilité des sols avec de l’humus ou du purin d’ortie (engrais naturel qui éloignera quantités de nuisibles) ou encore utiliser la cendre de la cheminée qui tiendra les limaces loin des salades.

df
Sarah Corbeel
Publié le