Une proposition pour encourager l’achat d’objets d’occasion

La création d’un tel crédit d’impôt, souhaitée par les patrons des entreprises Leboncoin et de la Camif, a pour but affiché le développement de l’économie circulaire.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les vêtements seraient éligibles au crédit d’impôt envisagé.
Les vêtements seraient éligibles au crédit d’impôt envisagé. © sementsova321

C’est une proposition que font les patrons des entreprises Leboncoin et Camif ainsi que plusieurs organisations non gouvernementales (ONG) : instaurer un avantage fiscal sur l’achat d’objets d’occasion.

Selon le quotidien Les Echos, le dispositif souhaité est un crédit d’impôt sur le revenu accordé aux acquéreurs, d’un taux de 15 % sur le prix des objets éligibles. Le montant maximal reçu s’élèverait à 3 000 €, ce qui permettrait de financer l’achat de produits d’occasion jusqu’à hauteur de 20 000 € chaque année.

Un crédit d’impôt désigne une somme soustraite du montant dû à l’administration fiscale. À l’inverse de la réduction d’impôt, le crédit peut bénéficier aux foyers soumis à l’impôt sur le revenu comme à ceux qui n’en sont pas redevables. Si vous ne payez pas d’impôt sur le revenu mais que votre crédit atteint 1 000 €, le fisc vous verse cette somme.

L’avantage fiscal envisagé exclurait les véhicules mais concernerait les vêtements, d’après Les Echos.

« La proposition a un triple profit, indique au journal le président de la Camif, Emery Jacquillat. Elle dope le pouvoir d’achat, préserve l’environnement et crée de l’emploi en France en aidant les réparateurs. »

L’objectif affiché est le développement de l’économie circulaire. La Camif, comme Leboncoin, aurait cependant un intérêt à voir la proposition mise en œuvre.

Le projet de loi de Brune Poirson

Les deux dirigeants espèrent la voir reprise dans le projet de loi sur la lutte contre le gaspillage et l’économie circulaire que porte Brune Poirson.

Interrogé, le cabinet de la secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire n’a pas répondu à notre demande d’information sur le sujet.

Adopté le 27 septembre en première lecture par le Sénat, le projet de loi doit être examiné à l’Assemblée nationale dans les prochaines semaines.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :