Télétravail : les frais professionnels engagés en 2020 sont exonérés d’impôt !

Les allocations forfaitaires versées par l’employeur couvrant des frais de télétravail sont exonérés d’impôt sur le revenu, dans la limite de 550 € par an.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Weedezign

Vivement encouragé par le gouvernement pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, le télétravail à domicile s’est largement développé depuis près d’un an. Une situation inédite qui a conduit un grand nombre de salariés à engager des frais professionnels au titre de cette nouvelle organisation du travail. Pour guider les contribuables dans leur déclaration de revenus de 2020, les ministres de l’Economie, Bruno Le Maire, et des Comptes publics, Olivier Dussopt, ont annoncé, mardi 2 mars, plusieurs mesures.

Les allocataires forfaitaires déduites dans la limite de 550 € par an

Les allocations versées par les employeurs au titre du télétravail à domicile en 2020 seront toujours exonérées d’impôt sur le revenu. L’exonération concerne les indemnités, les remboursements forfaitaires ou encore les remboursements de frais réels. Les allocations forfaitaires seront exonérées dans la limite de 2,5 € par jour de télétravail à domicile, soit une exonération de 50 € pour un mois comprenant 20 jours de télétravail et 550 € au maximum pour l’année. Attention, les « frais courants généralement nécessités par l’exercice de la profession, qui comprennent notamment les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail et les frais de restauration » ne sont pas concernés par l’exonération d’impôts.

« En pratique, il appartient aux employeurs d’identifier, dans les informations qu’ils transmettent à l’administration fiscale, ces allocations exonérées d’impôt sur le revenu. Ainsi, le montant du revenu imposable prérempli sur la déclaration de revenus ne devrait pas, en principe, inclure de telles allocations », précise Bercy. Pour s’en assurer, il suffira aux salariés de vérifier, au moment de déclarer leurs revenus, les montants préremplis par rapport à leurs bulletins de paie (ou l’attestation fiscale annuelle délivrée par leur employeur).

Même exonération pour les salariés ayant choisi la déduction des frais réels

Pour les salariés ayant opté pour la déduction des frais professionnels pour leur montant réel et justifié, les frais engagés au titre du télétravail à domicile pourront être déduits à hauteur des montants mentionnés ci-dessus. Les contribuables conservent, toutefois, « la possibilité de les déduire pour leur montant exact si cela est plus favorable ».

Des précisions sur la nature et le montant de déduction des frais liés au télétravail, en particulier des frais liés à l’usage professionnel d’un local privé, seront prochainement précisées sur le site impots.gouv.fr.

A lire aussi