Taxe foncière : de combien va-t-elle augmenter en 2021 ?

Chaque année, les valeurs locatives cadastrales, qui servent de base pour le calcul de la taxe foncière et de la taxe d’habitation, sont revalorisées. La hausse sera seulement de 0,2 % en 2021.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© HAKINMHAN

Bonne nouvelle pour les propriétaires. Les valeurs locatives cadastrales des logements, qui servent de base pour le calcul des impôts locaux (taxe d’habitation et taxe foncière), augmenteront peu cette année.

Appelée aussi revenu cadastral, la valeur locative cadastrale correspond au loyer hypothétique qu’un propriétaire pourrait percevoir en cas de location de son bien immobilier. Chaque année, elle est revalorisée par l’application d’un coefficient forfaitaire. Depuis la loi de finances pour 2018, ce dernier est fixé en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé entre novembre N-2 et novembre N-1, selon l'article 1518 bis du code général des impôts (CGI).

Il est calculé comme suit : 

Coefficient =  1 + [(IPC de novembre N-1 – IPC de novembre N-2) / IPC de novembre N-2]

IPC = Indice des Prix à la Consommation harmonisé

L’indice des prix à la consommation s’établissant à 105,50 en novembre 2020 et à 105,27 en novembre 2019, le coefficient forfaitaire appliqué aux valeurs locatives en 2021 est 1,002, soit +0,2 %.

Pas de revalorisation des bases de la taxe d’habitation sur les résidences principales

Ce coefficient forfaitaire s’applique aux bases de la taxe foncière et de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires et autres locaux meublés non affectés à l’habitation principale. Il n’y aura aucune revalorisation des bases de la taxe d’habitation sur les résidences principales La Direction générale des Finances publiques rappelle, en effet, à Capital« qu’à titre transitoire et jusqu'à la suppression définitive de la taxe d’habitation sur les résidences principales à compter de 2023 (...), les valeurs locatives des locaux affectés à l'habitation principale ne sont pas majorées en application du coefficient annuel prévu au dernier alinéa de l'article 1518 bis du CGI ».

Reste que la facture finale, à payer en octobre pour la taxe foncière et en novembre pour la taxe d’habitation, dépendra des taxes locales votées par chaque commune et département.

A lire aussi

Partager cet article :