Redevance télé : voici pourquoi vous n’avez pas encore reçu votre avis

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© globalmoments

Alors que la contribution à l’audiovisuel public 2021 était à payer pour le 20 novembre au plus tard, plusieurs contribuables n’ont pas reçu leur avis d’impôt, rapporte Le Figaro.

Pour rappel, le paiement de la contribution à l’audiovisuel public, plus connue sous le nom de redevance télé, s’effectue au même moment que la taxe d’habitation. Un seul avis d’imposition est envoyé pour les deux taxes. Et la suppression progressive de la taxe d’habitation sur la résidence principale ne met pas fin au règlement de la redevance télé.  Même s’ils étaient exonérés de taxe d’habitation cette année, les contribuables équipés d’un téléviseur ont donc dû payer la redevance audiovisuelle, dont le montant s’élève à 138 euros en métropole et 88 euros pour les départements d’outre-mer.

La redevance télé devra être réglée avant le 15 février 2022

Or, plusieurs internautes ont raconté au Figaro ne pas avoir reçu leur avis d’imposition. Etonnés, ils ont prévenu leur centre d’impôt qui leur a répondu que leur avis serait émis à la fin du mois de janvier 2022 pour un paiement avant le 15 février. Ce bug serait dû à « une mise à jour automatique qui ne s’est pas faite », a expliqué au quotidien la Direction générale des finances publiques (DGFiP). « Sur une vingtaine de millions de dossiers, c’est normal que ce type de problème se produise pour quelques-uns qui seront gérés au niveau local », a ajouté la DGFiP qui affirme que « la grande majorité des avis a été envoyée au plus tard le 25 novembre ».

Pas de pénalité de retard

Et les contribuables qui imaginent pouvoir échapper au paiement en ne signalant pas l’oubli ne doivent pas se faire d’illusion. « Nos fichiers se recoupent et nous finirons tôt ou tard à réclamer le dû aux contribuables. Nul n’est censé ignorer la loi », poursuit l’administration. Quant à la pénalité de retard de 10 %, elle ne s’appliquera pas « s’il s’avère que l’erreur est de notre fait ».

A lire aussi