Pourquoi devez-vous payer (ou non) un impôt sur vos revenus de l’année 2018 ?

Malgré la mise en place de l’année blanche, le fisc peut vous réclamer une somme d’argent, à régler d’ici au 16 septembre.
3mn de lecture
Vos revenus exceptionnels et différés perçus en 2018 sont imposables.
Vos revenus exceptionnels et différés perçus en 2018 sont imposables. © Antonioguillem

Vous avez pris connaissance de votre avis d’impôt ou de situation déclarative ? L’administration fiscale vous ordonne de payer d’ici au 16 septembre une somme d’argent sur vos revenus de l’année 2018 ? Au contraire, le fisc ne vous réclame rien ? Vous vous demandez comment s’applique cette année blanche, mise en place avec le prélèvement à la source pour éviter une double imposition en 2019 des revenus de 2018 ?

L’impôt dû sur les revenus non exceptionnels et non différés de l’année 2018 est annulé. Un crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement s’applique à ces revenus, soit notamment :

  • les salaires et les traitements ;
  • les pensions de retraite ;
  • les allocations-chômage.

Vous n’avez pas perçu de revenus exceptionnels ou différés en 2018 ? Vous n’avez a priori aucun impôt à régler sur vos revenus de l’année dernière. Le prélèvement à la source peut cependant concerner vos revenus perçus en 2019.

Revenus exceptionnels

Les revenus exceptionnels désignent notamment :

  • les primes de participation et d’intéressement encaissées directement ou retirées en dehors des délais légaux de déblocage ;
  • les pensions de retraite versées sous forme de capital.

Revenus différés

Les revenus différés se rapportent « à une ou plusieurs années antérieures », mais vous les avez encaissés « au cours d’une même année (par exemple en 2018) pour des raisons indépendantes de votre volonté », explique le site economie.gouv.fr.

Sont visés les rappels de salaires, de traitements ou de pensions de retraite ainsi que de loyers arriérés perçus en une seule fois.

Réductions et crédits d’impôt récurrents

Pour la première fois, vous avez pu bénéficier en janvier 2019 d’une avance de 60 % des crédits et réductions d’impôt suivants :

  • le crédit d’impôt lié à l’emploi d’un salarié à domicile ;
  • le crédit d’impôt lié à la famille (garde d’enfants de moins de 6 ans) ;
  • la réduction d’impôt pour dépenses de dépendance (EHPAD) ;
  • les réductions d’impôt en faveur de l’investissement locatif ;
  • la réduction d’impôt en faveur des dons aux œuvres ;
  • le crédit d’impôt cotisations syndicales.

Trois hypothèses sont ouvertes.

1) Les réductions et crédits d’impôt auxquels vous avez droit au titre de vos revenus 2018 dépassent le montant de l’avance

Si vous n’avez aucun impôt à régler sur vos revenus de 2018, vous devez recevoir le complément de vos avantages fiscaux par virement, depuis le 24 juillet.

Si vous êtes redevable d’un solde d’impôt, le complément est déduit de l’impôt dû.

2) Les réductions et crédits d’impôt au titre de vos revenus de 2018 sont inférieurs au montant de l’avance

Si vous n’avez aucun impôt à régler sur vos revenus de 2018, vous devez restituer la différence au fisc d’ici au 16 septembre.

Si vous êtes redevable d’un solde d’impôt, le montant à rembourser s’ajoute au solde.

3) Vous n’avez plus de réductions et de crédits d’impôt au titre de vos revenus de 2018

Si vous n’avez aucun impôt à régler sur vos revenus de 2018, vous devez rembourser la totalité de l’avance.

Si vous êtes redevable d’un solde, l’avance s’ajoute à l’intégralité de l’impôt dû.

Réductions et crédits d’impôt ponctuels

« En raison de leur caractère ponctuel et non récurrent, certains réductions et crédits d’impôt n’ont pas fait l’objet du versement d’une avance en janvier 2019 », précise le site economie.gouv.fr.

Les bénéficiaires de l’année blanche et de ces avantages reçoivent un remboursement intégral depuis le 24 juillet.

Si vous êtes redevable d’un solde, le montant des réductions et crédits d’impôt sera déduit de la somme due.

df
Timour Aggiouri
Publié le