Ordures ménagères : les taxes locales pourraient grimper en 2021

De nombreuses collectivités pourraient augmenter les taxes locales liées à la collecte des déchets de 5 % à 10 % dans les prochains mois.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© Elena Feodrina

Votre facture liée à la collecte des ordures ménagères pourrait s’alourdir dans les prochains mois. En raison notamment de l’impact de la crise sanitaire sur la collecte des déchets, de nombreuses collectivités prévoient d’accroître les taxes locales, dont la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), a alerté mardi 2 février sur BFM l’association Amorce, premier réseau de collectivités réunies autour des thématiques des déchets, de l’eau et de la transition énergétique.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation : une baisse des recettes liées à la valorisation des matériaux collectés comme le verre, les plastiques et les textiles, un surcoût lié au Covid-19 du côté des prestataires et une forte hausse au 1er janvier de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). Pour la métropole de Toulon (Var) par exemple, la perte subie a été de 2 millions d’euros et la TGAP a représenté 1,5 million d’euros supplémentaire.

Résultat, les deux tiers des collectivités consultées par l’association Amorce annoncent des hausses de la fiscalité locale, dont 75 % comprises entre 5 % et 10 %.

Un manque de soutien de l’Etat

L’organisation déplore le manque de soutien de l’Etat. « On s'attendait à plus d'écoute du gouvernement », a indiqué à la presse Nicolas Garnier, délégué général d’Amorce. « Il y a une impression d’injustice à avoir tant travaillé l’an dernier pour le maintien des services essentiels et à devoir aujourd’hui l’assumer seuls, puisque les collectivités doivent compenser [l’accroissement des coûts] en augmentant les taxes locales », a-t-il expliqué estimant qu’il y a « un dialogue un peu plus équilibré à établir avec l’Etat ».

Partager cet article :