Impôts, amendes, factures… Vous pouvez les payer au bureau de tabac !

A partir du 28 juillet 4 700 bureaux de tabac partout en France vous permettent de régler chez eux impôts, taxe d’habitation, taxe foncière, amendes et autres factures de services publics, jusqu'à 300 €. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© AdrianHancu

Dès ce mardi, vous pourrez vous rendre chez votre buraliste pour payer vos impôts, amendes ainsi que vos factures de services publics (crèche, cantine, hôpital…). La Confédération des buralistes et la Fédération française des jeux avaient remporté en juillet dernier un appel d’offres public de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) pour externaliser les encaissements en espèces et en carte bancaire des trésoreries publiques.

600 bureaux de tabac ont expérimenté ce nouveau service depuis février. La généralisation va porter ce nombre à 4 700. Les buralistes devront avoir suivi une formation pour proposer cette prestation. « L’administration fiscale restera seule compétente pour accorder des délais de paiement ou engager des procédures de recouvrement forcé », précise le ministère de l’Action et des Comptes publics.

Quels paiements sont concernés ?

Les contribuables pourront régler leurs impôts (la taxe d’habitation, la taxe foncière ou encore les trop-perçus des réductions et crédits d’impôt) en espèces ou par carte bancaire dans la limite de 300 €. Tout montant supérieur devra être réglé de manière dématérialisée.

Les amendes et les factures de services publics pourront être payées en espèces, dans la limite de 300 €, ou par carte bancaire sans limitation de montant.

Comment cela va-t-il fonctionner ?

La procédure est simple. Il vous suffira de scanner le QR code qui figure sur la facture ou la feuille d’impôt sur le lecteur de la Française des Jeux et le montant à payer s’affichera sans précision sur la nature du paiement afin de préserver le secret fiscal.

Comment cela va-t-il coûter ?

Si la démarche est gratuite pour le contribuable, chaque transaction rapportera 1,50 € au buraliste. Selon les estimations de Bercy, le nouveau service coûtera environ 3 millions d’euros aux caisses publiques.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :