Impôt 2021 : les nouveautés de la déclaration de revenus

Relèvement du plafond de défiscalisation des heures supplémentaires, frais professionnels engendrés pour le télétravail exonérés d’impôt… Le point sur ce qui change cette année dans la déclaration de revenus.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
5mn de lecture
© bernardbodo

Jeudi 8 avril s’ouvrira la campagne annuelle de déclaration de revenus. Elle s’accompagne de quelques nouveautés qu’il est utile de connaître avant de remplir votre déclaration d’impôt sur le revenu.

Déclaration automatique élargie

Cette année, davantage de contribuables pourront bénéficier de la déclaration automatique de revenus. Mis en place pour la première fois en 2020, ce mode déclaratif est proposé aux foyers fiscaux qui ont été imposés, l’an dernier, uniquement sur des revenus préremplis par l’administration fiscale et qui n’ont pas signalé de changement de situation (adresse, situation de famille, création d’un acompte de prélèvement à la source) en 2020. A compter de 2021, les ménages ayant signalé pour 2020 une naissance, une adoption ou le recueil d’un enfant mineur seront éligibles au dispositif. Si vous en faites partie, il vous suffira de vérifier les informations préremplies. Si elles sont correctes et complètes, vous n’aurez aucune démarche à effectuer et votre déclaration de revenus sera automatiquement validée. En cas d’éléments à modifier ou à compléter, vous devrez déposer une déclaration en ligne ou sur papier.

Naissance à déclarer

Si vous avez eu un enfant en 2020 et que vous avez déclaré l’information dans votre espace personnel sur le site des impôts à la rubrique « Gérer mon prélèvement à la source » cette information est récupérée lors de la déclaration en ligne. « La personne à charge doit être rattachée à la rubrique correspondante et les données d'état civil doivent être complétées si la naissance a été déclarée en 2020. Pour les naissances déclarées en 2021, les données d'état civil sont également récupérées », précise la brochure des impôts sur la déclaration de revenus.

Heures supplémentaires défiscalisées

Les heures supplémentaires réalisées en 2020 sont exonérées d'impôt sur le revenu dans la limite de 5 000 € par an. Cette limite est relevée à 7 500 € pour les heures supplémentaires ou complémentaires effectuées entre le 16 mars et le 10 juillet 2020 inclus.

Frais de télétravail exonérés d’impôt

Conséquence de l’épidémie de Covid-19 : le télétravail s’est largement développé depuis un an. Une situation inédite qui a conduit un grand nombre de salariés à engager des frais professionnels au titre de cette nouvelle organisation du travail. Les allocations forfaitaires versées par l’employeur couvrant des frais de télétravail sont exonérés d’impôt sur le revenu, dans la limite de 550 € pour l’année 2020. Pour les salariés ayant opté pour la déduction des frais professionnels pour leur montant réel et justifié, les frais pourront être déduits soit dans la limite de 550 €, soit pour leur montant exact si cela est plus favorable.

Primes Covid et Macron exonérées d’impôt

Les primes exceptionnelles (dite prime « Covid ») versées en 2020 aux personnels de santé et aux fonctionnaires impliqués dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 sont exonérées d’impôt dans la limite de 1 500 €. De même, la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat (dite prime « Macron ») versée en 2020 aux salariés ayant perçu une rémunération inférieure à trois fois le Smic est exonérée à hauteur de 1 000 €, ou 2 000 € si l’employeur a mis en place un accord d’intéressement.

Dons aux associations

En raison de la crise sanitaire, le plafond de la réduction d’impôt de 75 % accordée pour les dons aux associations venant en aide aux personnes en difficulté a été porté à 1 000 € en 2020, au lieu de 546 €. La mesure est reconduite en 2021. Au-delà de ce plafond, la réduction d’impôt est de 66 %. Le montant cumulé des dons qui donnent droit à la réduction d’impôt ne peut pas dépasser 20 % du revenu imposable du foyer fiscal.

Revenus des apprentis et des étudiants à déclarer

Les revenus des apprentis et des étudiants doivent désormais être déclarés en totalité en indiquant qu’il s’agit soit de revenus issus de l’apprentissage, soit de revenus d’étudiants. Le montant de l’abattement applicable à chaque catégorie de revenus sera déduit des revenus pour le calcul du montant imposable. Les salaires des étudiants âgés de moins de 26 ans au 1er janvier 2020 sont exonérés dans la limite de 3 Smic mensuels, soit 4 618 €. Ceux versés aux apprentis sont exonérés à hauteur de 18 473 €.

Revenus tirés de l’économie collaborative sont pré-remplis

Les contribuables n’ont plus à indiquer les revenus tirés des plateformes de l’économie collaborative comme Airbnb ou Le Bon Coin. Ces dernières transmettent désormais directement à l’administration les revenus de leurs utilisateurs qui apparaissent sur la déclaration. Ils sont ensuite accompagnés pour déterminer le caractère imposable et la typologie des revenus concernés.

Déclaration de prêt entre particuliers

Si vous avez emprunté de l’argent ou en avez prêté, vous devez déclarer ce prêt aux services des impôts lorsque la somme dépasse 5 000 €. Désormais, le formulaire 2062 de déclaration de contrat de prêt peut être déposé avec la déclaration de revenus. « Ce formulaire est ensuite disponible comme les autres annexes dans l'espace personnel », indique le fisc.

Déclaration de compte à l’étranger

Si vous avez un compte bancaire, un compte de cryptomonnaie ou encore une assurance vie à l’étranger, vous devez les déclarer au fisc à l’aide du formulaire 3916 (déclaration de comptes à l’étranger). Pour en faciliter le remplissage, « seules les rubriques sélectionnées par l’usager sont désormais présentées ».

Travailleurs indépendants

Jusqu’à présent, les travailleurs indépendants affiliés au régime de l’Acoss ou de la CGSS devaient déposer une déclaration permettant le calcul de leurs cotisations sociales. « Cette année, la déclaration sociale des indépendants disparaît et fusionne avec la déclaration de revenus. Certaines rubriques étaient déjà présentes, de nouvelles ont été ajoutées et doivent être remplies. Ces informations seront ensuite transmises à l’Acoss pour le calcul des cotisations sociales », explique le fisc.

A lire aussi

Partager cet article :