Emmanuel Macron veut reporter la fin de la taxe d’habitation pour les plus riches

Le président de la République est ouvert à un report du calendrier de la suppression de cet impôt pour les personnes les plus aisées au-delà de 2023, mais il persiste à refuser le retour de l’ISF.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Emmanuel Macron et le Premier ministre, Jean Castex, place de la Concorde à Paris, lors de la cérémonie du 14 juillet.
Emmanuel Macron et le Premier ministre, Jean Castex, place de la Concorde à Paris, lors de la cérémonie du 14 juillet. © Ludovic Marin – Pool New – Reuters

C’est une concession aux voix de gauche, qui réclament un alourdissement de la fiscalité des personnes les plus riches face à la chute de l’activité provoquée par la crise sanitaire. Dans son interview donnée mardi 14 juillet à TF1 et France 2, le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, a annoncé un possible report de la fin de la taxe d’habitation pour les foyers les plus aisés.

« Il y a une option qui est possible, et c’est à la main du gouvernement, qui serait de décaler un peu pour les plus fortunés d’entre nous la suppression de la taxe d’habitation, ce qui est peut-être en période de crise quelque chose de légitime », a souligné le président de la République, qui était interrogé sur l’éventualité d’un tel report.

« L’esprit de justice, sans envoyer un signal désastreux, pourrait être de dire : ceux qui payent aujourd’hui la taxe d’habitation pour lesquels elle n’avait pas encore baissé, on peut peut-être prendre un peu plus d’années pour le faire », estime le chef de l’Etat.

D’après le calendrier prévu, la taxe d’habitation sur la résidence principale, réglée par les occupants des logements, propriétaires ou locataires, doit disparaître progressivement. Elle est supprimée en 2020 pour 80 % des foyers fiscaux, qui ont bénéficié d’une diminution de 30 % en 2018 et de 65 % l’année suivante.

Les autres ménages doivent bénéficier d’un recul de 30 % en 2021, puis de 65 % en 2022. La suppression totale doit intervenir l’année suivante. La taxe d’habitation restera en vigueur sur les résidences secondaires.

Pas d’augmentation des impôts

« Je pense qu’on ne résout pas une crise comme celle-ci en augmentant les impôts », a dit le président de la République, qui se félicite de l’« attractivité » de la France auprès des investisseurs, dont « on a besoin » pour soutenir l’économie, selon lui.

Le chef de l’Etat reste défavorable à la création d’une nouvelle tranche  d’impôt sur le revenu et au rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Il a nié au cours de l’entretien la suppression de ce dispositif au début du quinquennat, sur la foi de son remplacement en impôt sur la fortune immobilière (IFI), à l’assiette, soit au patrimoine taxable, réduite aux seuls actifs immobiliers.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :