Crédits et réductions d’impôt : qui percevra un acompte de 60 % le 15 janvier ?

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© triocean

Un peu plus de 8,5 millions de ménages ayant bénéficié en 2020 de certaines réductions et/ou crédits d’impôts, pour leurs dépenses effectuées en 2019, percevront, vendredi 15 janvier, une avance de trésorerie pour un montant total de 5,5 milliards d’euros, soit 640 € en moyenne par foyer.

Ce virement sera libellé « AVANCE CREDIMPOT ». « Les contribuables pour lesquels l’administration fiscale n’a pas connaissance de coordonnées bancaires percevront cette avance sous la forme d’une lettre-chèque qu’ils recevront par voie postale d’ici la fin du mois de janvier », précise le ministère de l’Economie dans un communiqué.

Vous êtes concerné par ce versement si vous avez déclaré en 2020 des dépenses ouvrant droit aux réductions et/ou crédits d’impôts considérés comme récurrents par l’administration fiscale :

  • crédit d’impôt lié à l’emploi d’un salarié à domicile ;
  • crédit d’impôt lié à la famille (garde d’enfants de moins de 6 ans) ;
  • réduction d’impôt pour les dépenses d’hébergement d’un proche en Ehpad ;
  • réductions d’impôt en faveur de l’investissement locatif (Pinel, Duflot, Scellier, Censi-Bouvard) ;
  • crédits et réductions d’impôt en faveur des dons aux œuvres, des personnes en difficulté et des cotisations syndicales.

Cette avance, versée en une fois, correspond à 60 % du montant total des réductions et crédits d’impôts concernés, sauf si vous êtes « intervenu pour diminuer ce montant dans « Gérer mon prélèvement à la source » sur impots.gouv.fr entre septembre et décembre 2020 », rappelle Bercy.

Vous devrez peut-être rembourser l’acompte l’été prochain

Les 40 % restant seront versés durant l’été 2021 sur la base de la déclaration de revenus effectuée au printemps prochain. A condition toutefois que votre situation fiscale n’ait pas changé !

Par exemple, si vous avez eu au titre de vos revenus 2019 une réduction d’impôt pour don à une association d’un montant de 500 € et un crédit d’impôt pour emploi d’un salarié à domicile de 1 500 €, un acompte de 1 200 € (2 000 x 60 %) vous sera versé mi-janvier et la régularisation de votre situation l’été prochain dépendra des dépenses engagées en 2020.

  • Si votre situation n’a pas changé, le solde de l’acompte d’un montant de 800 € vous sera versé l’été prochain.
  • En revanche, si vous avez cessé en 2020 vos dépenses ouvrant droit à réduction et crédit d’impôt sans en avoir informé le fisc avant le 11 décembre dernier, l'avance attribuée en janvier 2021 vous sera reprise lors de la liquidation de votre impôt à l'été 2021.
  • A l’inverse, si vous avez droit pour la première fois à ces avantages fiscaux au titre de vos dépenses 2020, vous recevrez l’intégralité des réductions/crédits d’impôt l’été prochain et vous percevez une avance en janvier 2022 sur la base de votre déclaration de revenus 2020.

A noter : le montant minimal de l'avance est de 8 €. En dessous de ce seuil, elle ne sera pas versée.

Qu’en est-il pour les crédits et/ou réductions d’impôt dits « non récurrents » ?

Les crédits et/ou réductions d’impôt « non récurrents » comme le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou la réduction d’impôt liée à la souscription au capital d’une PME sont intégralement remboursés à l’été 2021.

Quelle est la différence entre un crédit d’impôt et une réduction fiscale ?

Le crédit d’impôt et la réduction d’impôt correspondent à une somme déduite de votre impôt sur le revenu. Si le crédit d’impôt est supérieur au montant de l’impôt à payer, le surplus (ou la totalité si vous n’êtes pas imposable) vous est remboursé par la Direction des Finances publiques. Ce n’est pas le cas de la réduction d’impôt : si la somme remboursable est supérieure au montant de l’impôt que vous devez payer, il n’y a pas de remboursement, votre impôt est donc ramené à 0. Donc, si vous étiez déjà non-imposable, aucune somme ne vous sera versée.

A lire aussi