Crédit immobilier : la taxe foncière peut représenter jusqu’à 2 mensualités supplémentaires

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
AndreyPopov

Lors de l’achat d’un bien immobilier, les futurs acquéreurs oublient souvent d’intégrer la taxe foncière dans le calcul des mensualités de leur crédit immobilier. Pourtant, cet impôt local, payé uniquement par les propriétaires, peut sérieusement alourdir la facture, comme le montre une étude de Meilleurtaux.com publiée mercredi 27 juillet. Pour la réaliser, le courtier en crédit immobilier a passé au crible le poids de la fiscalité locale sur un prêt dans les 20 plus grandes villes de France.

Pour un couple avec deux enfants habitant dans un 70 m2, la taxe foncière coûte en moyenne 105 euros par mois en 2022, soit 4 euros de plus par rapport à 2021. Cela représente un peu plus d’une mensualité supplémentaire de crédit par an.

L’équivalent de deux mensualités à Nîmes, Saint-Etienne ou Le Mans

Dans le détail, cette somme varie selon la localisation. Ainsi, à Nîmes, Saint-Etienne, Le Havre et Le Mans, la taxe foncière avoisine ou dépasse deux mensualités supplémentaires par an. MeilleurTaux donne pour l’exemple le cas d’un propriétaire nîmois qui emprunte sur 20 ans à 1,85 % pour un bien de 70 m2. Hors assurance et taxe foncière, il paiera une mensualité de 723 euros par mois. En y ajoutant la taxe foncière, qui s’élève à 1 551 euros par an (129 euros par mois), le remboursement mensuel passera à 852 euros. « C’est comme s’ils remboursaient chaque année plus de 14 mois de crédit au lieu de 12 », explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux. Comparé à l’an dernier, les mensualités de remboursement (crédit + taxe foncière) ont augmenté de 52 euros. Une différence qui s’explique par les hausses de l’impôt local, des taux d’intérêt (1,10 % en 2021 et 1,85 % en 2022) et des prix de l’immobilier.

Une fiscalité locale absorbée par la hausse des taux des crédits immobiliers

Dans d’autres villes, la taxe foncière n’a pratiquement pas bougé en un an mais la hausse des taux et des prix de l’immobilier sont bien là, si bien que le montant à débourser chaque mois a augmenté. A Angers par exemple, un propriétaire qui achète un 70 m2 devra payer 281 euros supplémentaires par mois par rapport à 2021 pour couvrir la hausse des taux et des prix de l’immobilier. A Nice, c’est 278 euros de plus par mois et à Paris, 484 euros ! En moyenne dans les 20 villes étudiées, le surcoût (hausse des taux et de la taxe foncière) s’élève à 145 euros par mois en 2022.

Globalement, en comparaison avec l’an dernier, le poids de la taxe foncière dans l’achat immobilier n’est pas si différent. « Maisc’est une situation en trompe l’œil ! Les taux ne sont plus du tout les mêmes. L’an dernier nous étions à 1,10 % sur 20 ans et là nous sommes à 1,85 %. C’est parce que tout a augmenté que la taxe foncière se fond dans le décor. Si nous étions restés aux taux de crédit de l’an dernier, la taxe foncière aurait été beaucoup plus visible ! En réalité, une hausse en cache une autre ! », conclut Maël Bernier.

Fermer
© Meilleurtaux.com

Méthodologie - Le calcul est réalisé pour un bien de 70m² (prix moyen par ville selon Seloger.com en juin 2021 et juin 2022) financé sur 20 ans au taux moyen consenti dans la ville donnée (source : Meilleurtaux en juillet 2022), avec les montants moyens de la taxe locale (taxe foncière) 2022 pour un couple avec deux enfants suivant les évolutions telles que relevées ou annoncées.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN