Impôts : faut-il déclarer les indemnités journalières pour maladie ?

Une question que peuvent se poser les contribuables qui n’ont pas encore déclaré leurs revenus : les indemnités journalières sont-elles imposables ? Rappel de la règle et des exceptions.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Impôts : faut-il déclarer les indemnités journalières pour maladie ?
Impôts : faut-il déclarer les indemnités journalières pour maladie ?

Si vous préférez le papier au web, vous avez jusqu’à demain, mardi 19 mai à minuit, pour envoyer votre déclaration de revenus. Panique : vous vous demandez si vous devez déclarer les indemnités journalières que vous avez reçues pendant votre arrêt de travail en cas de maladie, de maternité ou d’accident.

En principe, les indemnités journalières en cas d’arrêt de travail sont imposables. Elles sont ajoutées à votre salaire imposable. Un conseil : vérifiez le montant préinscrit sur votre déclaration en cas du maintien de salaire par votre employeur pendant votre congé de maladie. Corrigez-le à la baisse en soustrayant les indemnités journalières si le fisc les a additionnées avec l’intégralité de vos salaires.

Mais il y a des exceptions à cette règle : si votre arrêt de travail a été dû à une affection comportant un traitement prolongé et une thérapeutique particulièrement coûteuse, les indemnités journalières ne sont pas imposables.

Concrètement, il s’agit des maladies prises en charge à 100 % (sur la base du tarif de la Sécurité sociale) par l'Assurance maladie :

  • Cancer ;
  • Maladie de Parkinson ;
  • Accident vasculaire cérébral invalidant ;
  • Mucoviscidose ;
  • Insuffisance respiratoire chronique grave ;
  • Diabète de type 1 et de type 2 ;
  • Sclérose en plaques ;
  • Lèpre ;
  • Paraplégie ;
  • Affections psychiatriques de longue durée ;
  • Suites de transplantation d’organes ;
  • Maladie d’Alzheimer et autres démences...

La liste complète des maladies figure dans l’article D 322-1 du code de la Sécurité sociale.

df
Anne-Gaëlle Nicolas-Koch
Publié le

Partager cet article :