Impôts 2019 : les nouveaux plafonds de déduction des pensions alimentaires

Les montants de la déduction maximale des pensions alimentaires versées à un enfant majeur ou à un ascendant viennent d’être actualisés pour la déclaration de revenus 2019.
3mn de lecture
Les plafonds de déduction des pensions alimentaires versées pour l'entretien d'un enfant majeur ou d'un parent âgé sont fixés chaque année.
Les plafonds de déduction des pensions alimentaires versées pour l'entretien d'un enfant majeur ou d'un parent âgé sont fixés chaque année.

Les pensions alimentaires versées en 2018 aux enfants majeurs ou aux ascendants peuvent être déduites des revenus à déclarer en 2019, sous conditions.

Déduction maximale de 5 888 € pour un enfant majeur

Les pensions alimentaires versées par les parents à leurs enfants majeurs, étudiant ou dans le besoin, à condition qu’ils ne soient pas rattachés à leur foyer fiscal (les enfants doivent remplir leur propre déclaration), sont déductibles sous certaines conditions.

> L’enfant majeur vit chez vous

Vous pouvez déduire, sans avoir à fournir de justificatifs, la somme forfaitaire de 3 500 € par enfant (le double s’il est marié ou pacsé). Si vous n’hébergez votre enfant qu’une partie de l’année, cette somme est proratisée en fonction du nombre de mois concernés, tout mois commencé étant dû.

Dans le cas où le montant forfaitaire est insuffisant, vous pouvez déduire, dans la limite de 5 888 € par enfant, d’autres dépenses (frais de scolarité ou de santé) pour leur montant réel et justifié.

> L’enfant majeur ne vit pas chez vous

Vous pouvez déduire vos dépenses dans la limite des plafonds suivants :

  • 5 888 € par enfant, qu'il soit ou non célibataire
  • 11 776 € par enfant si votre enfant est célibataire chargé de famille et que vous subvenez seul à ses besoins
  • 11 776 € par enfant si votre enfant est marié ou pacsé et que vous subvenez seul à l'entretien du couple

Ce plafond s’applique :

  • quel que soit l’âge de l’enfant majeur ;
  • que l’enfant soit ou non étudiant et, s’il l’est, quelles que soient les études poursuivies ;
  • que l’enfant soit ou non invalide ;
  • que l’enfant soit célibataire, veuf, séparé, divorcé, marié ou lié par un PACS.

Si l’administration fiscale le demande, il faudra prouver la réalité des versements, au moyen de relevés de compte bancaire, factures…

Déduction maximale de 3 500 € pour un parent ascendant vivant chez vous

Vous pouvez déduire de vos revenus les pensions alimentaires versées à un parent ascendant qui a besoin de votre aide si elles remplissent l’une des conditions suivantes :

  • elle est destinée à un parent envers lequel vous avez une obligation alimentaire ;
  • elle se limite à couvrir les besoins essentiels de votre parents (nourriture, logement, santé…) ;
  • elle est proportionnée à vos ressources.

Attention, vous ne pouvez pas déduire de pension alimentaire si vous bénéficiez de la réduction d’impôt pour emploi d’un salarié au domicile de votre ascendant.

La pension alimentaire peut prendre plusieurs formes :

  • somme d’argent ;
  • paiement à la place de votre parent des frais médicaux, des frais de maison de retraite…
  • hébergement de votre parent ou mise à sa disposition d’un logement.

Le montant n’est pas plafonné sauf si votre parent vit chez vous. Dans ce cas, vous pouvez déduire une somme forfaitaire de 3 500 €. Si votre ascendant est âgé de plus de 75 ans, vous pouvez déduire de vos revenus 3 500 € à condition que ses ressources pour l’année 2018 ne dépassent pas les plafonds suivants :

  • 9 998,40 € s’il est seul ;
  • 15 522,45 € s’il s’agit d’un couple marié ou pacsé.

Si le montant forfaitaire vous paraît insuffisant, vous pouvez déduire le montant effectif des dépenses effectuées. Vous devez, dans ce cas, être en mesure de les justifier.

- Dossier : Prélèvement à la source : tout sur l’impôt à la source

- L'obligation alimentaire envers ses ascendants

df
Sarah Corbeel
Publié le