Impôts 2019 : exonération des indemnités de stage et des salaires versés aux étudiants

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les indemnités de stage peuvent être exonérées d'impôts dans la limite du montant du Smic annuel.

Un employeur qui accueille un stagiaire est obligé de lui verser une somme d’argent, appelée gratification, dès lors que la durée du stage est supérieure à deux mois effectués de manière consécutive (plus de 308 heures), ou, au cours de la même année scolaire ou universitaire. En-dessous de deux mois, le versement de la gratification est facultatif.

Cette gratification est exonérée d’impôt sur le revenu dans la limite du montant du Smic annuel, soit 17 982 € pour les revenus perçus en 2018 à déclarer en 2019.

Au-delà de cette limite, les sommes perçues doivent être portées sur la déclaration d’impôt du stagiaire ou celle de ses parents s’il est rattaché à leur foyer fiscal.

Exemple : Votre enfant a touché 19 500 € sur l’année 2018 d’indemnités de stage. Il faudra déclarer aux impôts la somme de 1 518 € (19 500 – 17 982).

L’exonération des revenus tirés d’un job étudiant ou d’un job d’été

Les salaires perçus par les jeunes âgés de 25 ans au plus au 1er janvier de l’année d’imposition inscrits dans un établissement scolaire ou universitaire sont exonérés d’impôt sur le revenu dans la limite de trois fois le montant mensuel du Smic, soit 4 495 € au titre des revenus perçus en 2018.

L’activité doit avoir été exercée pendant l’année scolaire ou universitaire ou pendant les vacances.

En revanche, si l’étudiant a 26 ans ou plus, il doit déclarer toutes les sommes perçues dans l’exercice d’une activité salariée en 2018.

A lire aussi