Immobilier : malgré la légère remontée des taux, c’est encore le moment d’acheter

Les taux d’intérêt remontent peu à peu depuis décembre 2016. Cependant, avec un taux moyen de 1,51 % en mars 2017, souscrire un prêt immobilier demeure encore attractif.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Immobilier : malgré la légère remontée des taux, c’est encore le moment d’acheter
Immobilier : malgré la légère remontée des taux, c’est encore le moment d’acheter Immobilier : malgré la légère remontée des taux, c’est encore le moment d’acheter

En mars 2017, les taux des crédits du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 1,51 %, en moyenne, au lieu de 1,49 % en févier 2017, selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA :

  • 1,57 % pour l’accession dans le neuf (au lieu de 1,55 % en février) ;
  • et 1,53 % pour l’accession dans l’ancien (au lieu de 1,51 % en février).

Depuis décembre 2016, les taux remontent.

 Source : Crédit/logement CSA 

A leur niveau actuel, les taux d'intérêt ont retrouvé leur niveau de juillet 2016.

 Source : Crédit/Logement CSA 

Mais l’essentiel de la hausse s’est constaté en février, alors qu’en mars l’augmentation n’a été que très modérée (2 points de base).

La hausse des taux des crédits immobiliers reste très modérée et elle n’a guère affecté le dynamisme de la demande », analyse l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

La durée des prêts

En mars 2017, la durée des prêts s’est établie à 209 mois, en moyenne :

  • 223 mois pour l’accession dans le neuf ;
  • et 226 mois pour l’accession dans l’ancien.

Les durées se maintiennent donc à un niveau élevé.

Dans l’ensemble, les conditions de crédit actuelles facilitent la réalisation des projets d’accession, sur des durées longues : la progression des flux de la primo accession des ménages jeunes ou modestes qui se constate depuis deux années en témoigne », commente l’Observatoire Crédit Logement/CSA.

A lire aussi

Partager cet article :