Vacances : plus d'un Français sur deux craint de laisser son logement sans surveillance

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Istock

En ce début du mois de juillet, les Français sont sur le départ : direction les vacances ! Mais 69 % d'entre eux se disent inquiets à l'idée de laisser sans surveillance leur maison ou leur appartement pour partir le temps d'un séjour, selon un sondage Ifop. Réalisé pour l’entreprise Internorm auprès d'un échantillon national de 1 000 personnes, il met en lumière la crainte des vacanciers d'être cambriolés. 

1 Français sur 5 a déjà été cambriolé

Cette réticence à laisser sa maison sans surveillance pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, s'explique par la principale angoisse des Français : être cambriolé. Si 1 Français sur 5 a déjà vécu personnellement l'expérience, plus de deux tiers des sondés (63%) ont déjà été concernés de près (pour leur famille ou leurs amis) par un vol au domicile. Une proportion qui s'élève à 69 % pour les habitants d'Ile-de-France, contre 61 % pour ceux qui résident en province.

« Même si je suis choqué par le niveau d’inquiétude ressenti par les Français vis-à-vis de l’insécurité et des cambriolages, je ne suis pas surpris. Les incivilités ont régulièrement augmenté ces dernières années, de plus en plus de gens franchissent les limites et cela se traduit notamment par des cambriolages », explique Maxime Picard, directeur France d'Internorm. 

Pour ce qui est des résidences secondaires, l'idée d'un possible squat revient le plus fréquemment. La proportion des propriétaires craignant de voir leur bien squatté s'élève ainsi à 72 %. Les faits d'actualité qui ont rythmé l'été 2020 sur le sujet ne sont probablement pas étrangers à ce constat. 

Manque de protection des habitations

Malgré les inquiétudes exprimées, les Français investissent peu dans les dispositifs de protection de leur habitation, selon le sondage. Les portes de la maison sont celles qui bénéficient du plus d'attentions : 61 % des personnes interrogées disposent au moins d'une porte à verrouillage multipoints. Les autres équipements sont bien plus minoritaires. Seulement un tiers des Français (34 %) sont dotés d'une porte blindée. Et seul un foyer sur 5 disposerait d'un système d'alarme. Pourtant, toujours d'après l'Ifop, 71 % des Français jugent que la délinquance a augmenté au cours des derniers mois dans notre pays. 

« Entre deux dépenses, l’une plaisir, l’autre contrainte, la plupart des gens optent pour la première. Un vitrage sécurité ou un système d’alarme, ce ne sont pas des achats plaisir… Et puis on pense souvent que cela n’arrive qu’aux autres, donc les gens ont tendance à s’équiper un fois qu’ils ont été victimes d’un cambriolage et pas avant. » pointe Maxime Picard.

A lire aussi