Réforme des APL : 29,6 % des allocataires ont vu leur allocation baisser en 2021

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Tinnakorn Jorruang

Près de huit mois après l’entrée en vigueur de la réforme des « APL en temps réel », le ministère du Logement a publié jeudi 22 juillet un premier bilan chiffré de son impact sur les allocataires.

Appliquée depuis le 1er janvier dernier, la réforme modifie le mode de calcul des aides au logement. Les aides personnalisées au logement (APL), allocations de logement familiales (ALF) et allocations de logement sociales (ALS) ne sont plus calculées sur la base des revenus d’il y a deux ans mais sur les ressources des douze derniers mois glissants, avec une actualisation de leur montant tous les 3 mois et non plus une fois par an. Pour le gouvernement, l’objectif est de s’assurer de verser le juste droit, en prenant en compte la situation réelle des ménages. « Les APL sont désormais vraiment ciblées sur les ménages qui en ont besoin, quand ils en ont besoin », insiste le ministère du Logement dans un communiqué. Une réforme "plus juste" qui, à ce stade, fait plus de perdants que de gagnants.

29,6 % d’allocataires perdants, 18,2 % gagnants

D’après les chiffres de la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf), que vient de publier le ministère du Logement, sur les 5,975 millions d’allocataires, la réforme a été sans impact pour 52,2 % d’entre eux. Mais 29,6 % ont connu une baisse de leur allocation d’un montant moyen de 73 €. Cela représente 1,769 million de personnes. Parmi elles, 23 % ont vu leur APL baisser de 58 € en moyenne et 6,6 % ont totalement perdu leur droit aux APL, ce qui représente une perte moyenne de 126 €. Une diminution qui touche particulièrement les jeunes. Début juin, une étude de l’Union nationale pour l’habitat des jeunes (Unhaj) menée auprès de 4 000 jeunes âgés de 15 à 30 ans montrait que 39 % avaient vu leur aide baisser de 38,50 € en moyenne.

A l’inverse, 18,2 % d’allocataires, soit 1,087 million de personnes, ont bénéficié d’une augmentation de leur aide pour un montant moyen de 49 €. « Parmi eux, 115 000 allocataires n’auraient pas bénéficié d’APL en 2021 sans la réforme », affirme le ministère.

1,1 milliard d’euros d’économies

La réforme du mode de calcul des APL devrait permettre à l’Etat d’économiser 1,1 milliard d’euros cette année, soit plus que les 750 millions estimés dans la loi de Finances 2021. Cette révision à la hausse est « directement liée au maintien des ressources des ménages du fait des mesures gouvernementales de soutien à l’économie et à l’emploi prises en 2020 et 2021 », en raison de la crise sanitaire. Malgré tout, le budget consacré aux APL devrait être identique à celui prévu, soit 15,6 milliards d’euros en 2021. 

A lire aussi