Prime de transition énergétique : comment y avoir droit ?

Ce nouveau dispositif peut vous permettre de financer des travaux de rénovation de votre résidence principale, si vous êtes propriétaire de ce logement.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La prime peut financer des travaux de rénovation énergétique.
La prime peut financer des travaux de rénovation énergétique. © Olivier Le Moal

La prime de transition énergétique est encore méconnue : et pour cause, elle permet de financer des travaux de rénovation du logement dont vous êtes propriétaire réalisés depuis le 1er janvier. Les dépenses payées à cette fin depuis cette date sont également visées. Le gouvernement d’Edouard Philippe a publié, mercredi 15 janvier au Journal officiel, un décret et un arrêté détaillant ce dispositif créé par la loi de finances pour 2020. Il appelle également cette subvention « MaPrimeRénov’ », issue de la fusion du crédit transition énergétique (CITE) et des aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) « Habiter mieux agilité ».

Qui a droit à la prime de transition énergétique ?

Le bénéfice de la subvention est ouvert aux seuls propriétaires occupants. Les bailleurs pourront obtenir l’aide dès 2021, tout comme les syndics de propriété.

Votre logement doit être achevé depuis au moins 2 ans.

Vos ressources sont nécessairement inférieures à certains plafonds :

En quoi doivent consister les travaux ?

Les travaux doivent contribuer à la rénovation énergétique de votre logement. Voici des exemples d’installation :

  • isolation thermique des parois vitrées (prime de 100 € par équipement pour les ménages très modestes, de 80 € par équipement pour les ménages modestes) ;
  • isolation des murs par l’intérieur (25 € par mètre carré pour les ménages très modestes, 20 € pour les ménages modestes) ;
  • chaudières à très haute performance énergétique à l’exception de celles utilisant le fioul comme source d’énergie (1 200 € pour les ménages très modestes, de 800 € pour les ménages modestes) ;
  • poêles à bûches, cuisinières à bûches (2 500 € pour les ménages très modestes, 2 000  € pour les ménages modestes).

Un audit énergétique peut être financé par l’aide (500 € pour les ménages très modestes, de 400 € pour les ménages modestes).

Le montant de primes versées par propriétaire est plafonné à 20 000 € par logement, sur une période de 5 ans.

L’entreprise qui intervient doit disposer du label « Reconnu garant de l’environnement ».

Pouvez-vous cumuler la prime avec d’autres aides ?

Oui. Pour tous les travaux éligibles au financement, vous pouvez bénéficier des certificats d’économie d’énergie (CEE).

En outre, vous avez la possibilité d’obtenir l’Eco-prêt à taux zéro, le chèque énergie ou encore des aides des collectivités territoriales.

Comment faire pour percevoir la prime ?

Vous devez déposer votre demande de prime avant le début des travaux sur le site https://www.maprimerenov.gouv.fr/.

Selon ce portail, « la mise en place du dispositif est progressive, et les premières aides seront versées à partir d’avril ».

Si votre demande de prime est acceptée, vous êtes informé du montant prévisionnel que vous allez recevoir.

Quand vous est-elle versée ?

Vous recevez votre aide en une seule fois, rapidement après la fin des travaux. Les propriétaires très modestes peuvent percevoir une avance avant le début des travaux, représentant au plus 70 % du montant prévisionnel de l’aide.

Source du tableau : Agence nationale de l’habitat

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :