Logement : trois nouvelles aides pour les ménages modestes

Trois nouvelles aides au logement destinées aux salariés ayant des revenus modestes viennent d’entrer en vigueur. Elles visent à favoriser la mobilité professionnelle, les travaux de rénovation énergétique et l’adaptation de l’habitat à la dépendance.
3mn de lecture
© Geber86

Trois des sept mesures du Plan d’investissement volontaire (PIV) présenté en avril dernier par l’organisme paritaire Action Logement et signé avec l’Etat sont entrées en application jeudi 19 septembre. D’un montant cumulé de 2,1 milliards d’euros, elles visent à soutenir le pouvoir d’achat, favoriser la mobilité et améliorer le cadre de vie des salariés aux revenus modestes.

1 000 € pour déménager près de votre lieu de travail

D’un montant de 1 000 €, la prime « aide mobilité » s’adresse aux salariés ou titulaires d’une promesse d’embauche qui décident de déménager pour se rapprocher de leur lieu de travail et réduire ainsi leur temps de transport ou remplacer l’usage de leur véhicule personnel par les transports en commun. La subvention est délivrée en une fois, jusqu’à trois mois après le déménagement. Attention, le revenu net fiscal mensuel ne doit pas dépasser 1,5 fois le Smic pour une personne seule ou 2 fois le Smic pour un couple pour en bénéficier.

Action Logement a mis en ligne un simulateur pour vous permettre de savoir si vous êtes éligible. L’organisme a mobilisé pour ce dispositif une enveloppe de 100 millions d’euros, cela signifie que « seulement » 100 000 personnes pourront en bénéficier.

A noter : l’aide à la mobilité peut se cumuler avec d’autres dispositifs comme la prime déménagement de la CAF pour les familles ou l’aide à la mobilité de Pôle emploi.

Jusqu’à 20 000 € pour les travaux de rénovation énergétique

L’aide pour les travaux de rénovation énergétique s’adresse aux salariés d’entreprises du secteur privé (non agricole) propriétaires occupants de leur résidence principale ainsi qu’aux propriétaires bailleurs salariés d’entreprises du secteur privé (non agricole) ou logeant des salariés du secteur privé qui souhaitent réaliser des travaux d’isolation des murs et des combles, intervenir sur le système de chauffage ou sur les équipements d’eau chaude sanitaire.

Le financement prend la forme d’une subvention, pouvant aller jusqu’à 20 000 € pour les propriétaires occupants et 15 000 € pour les propriétaires bailleurs, qui peut être complétée par un prêt de 30 000 € maximum accordés à un taux de 1 % (hors assurance).

Pour en bénéficier, le logement doit être situé dans les territoires où il est impératif de réinvestir (zones B2, C, dans les 222 villes du dispositif Action Cœur de villes et dans les DOM) et le propriétaire occupant ou le locataire doivent respecter les plafonds de ressources définis par l’Agence nationale de l’habitat (Anah) suivants :

© Anah

Action Logement a mis en ligne un simulateur pour vous permettre de savoir si vous êtes éligible. Une enveloppe d’1 milliard d’euros a été mobilisée pour permettre à 50 000 ménages d’en bénéficier.

A noter : l’aide peut se cumuler avec d’autres dispositifs comme les aides de l’Anah, le prêt Eco-PTZ, l’aide votre collectivité locale, etc.  

Jusqu’à 5 000 € pour adapter votre salle de bain en cas de perte d’autonomie

L’aide à l’adaptation du logement au vieillissement ou à la dépendance s’adresse aux retraités d’une entreprise du secteur privé âgé de 70 ans et plus ainsi qu’aux salariés en perte d’autonomie, locataires ou propriétaires, dont les revenus sont inférieurs aux plafonds de ressources de l’Anah indiqués plus haut.

Les travaux doivent concerner l’aménagement de la salle de bain et des sanitaires (remplacement de la baignoire par une douche à l’italienne avec un sol antidérapant par exemple). D’un montant maximal de 5 000 €, la subvention couvre l’ensemble des travaux qui doivent être réalisés par un professionnel présentant le label Qualibat. Une enveloppe d’un milliard d’euros est mobilisée pour permettre à 200 000 personnes d’en bénéficier. Action Logement a mis en ligne un simulateur pour vous permettre de savoir si vous êtes éligible.

A noter : cette aide peut se cumuler avec les aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), de la Caisse nationale de l’assurance vieillesse (Cnav), des caisses du régime complémentaire, du département, etc.

df
Sarah Corbeel
Publié le