Location étudiante : il faut débourser en moyenne 603 € pour louer un studio en France

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© monkeybusinessimages

Alors que la rentrée universitaire de septembre devrait se faire « à 100 % en présentiel » selon les souhaits du ministère de l’Enseignement supérieur, la course au logement a commencé pour les étudiants. Mais après plus d’un an de crise sanitaire, ils se trouvent face à un marché locatif bouleversé.

Entre cette année et l’année dernière, le volume de demandes de locations étudiantes a reculé de 17 %, selon une étude menée par le site de locations LocService.fr qui a analysé plus de 41 000 demandes de locations d’étudiants sur les 12 derniers mois. Entre le retour d’une partie des étudiants chez leurs parents en raison de l’essor des cours à distance, l’annulation des stages et des contrats d’apprentissage et la forte diminution du nombre d’étudiants étrangers, « près de 60 % des propriétaires-bailleurs qui louent aux étudiants ont connu un départ prématuré de leur locataire », rapporte LocService.fr.

En vidéo : 3 minutes pour comprendre : Toutes les aides pour s'installer si vous êtes jeune actif

Des loyers en baisse dans plusieurs villes d’Ile-de-France

Cette baisse de la demande a entraîné une diminution des loyers des studios dans plusieurs villes franciliennes. A Paris, le budget moyen pour louer un studio est passé en un an de 885 € à 857 €, soit une baisse de 3,16 %. Il en est de même à Créteil, où les loyers des studios sont passés de 720 à 711 € en moyenne (-1,25 %) et à Champs-sur-Marne, où ils sont passés de 674 à 667 € en moyenne (-1,04 %).

A l’inverse, les loyers charges comprises ont augmenté dans pratiquement toutes les villes de province, même si la location reste évidemment plus abordable. Le budget logement des étudiants s’élève en moyenne à 603 € au niveau national mais il varie fortement entre la province (560 € en moyenne) et la région parisienne (786 € en moyenne). Se loger dans un studio à Limoges (352 € en moyenne), Le Mans (357 €) ou Poitiers (359 €) coûte ainsi près de 60 % moins cher que dans la capitale.

« D’ailleurs, 9 des 10 villes étudiantes les plus onéreuses se trouvent en région parisienne avec des loyers de plusieurs centaines d’euros de plus qu’en province », note LocService. Ainsi, à Nanterre, il faut débourser en moyenne 772 € pour louer un studio et 711 € à Créteil. En province, Nice (621 € en moyenne) reste la ville universitaire la plus chère pour louer un studio. Elle est suivie par Lyon, Villeurbanne, Bordeaux, Aix-Marseille, Montpellier et La Rochelle.

© LocService

402 € en moyenne pour louer une studette et 468 € pour une colocation

Pour réduire les dépenses, certains étudiants optent pour la chambre étudiante qui se loue en moyenne 426 € pour une surface de 14 m2, contre 554 € pour un studio de 23 m2, 544 € pour un appartement T1 de 30 m2 et 707 € pour un T2 de 41 m2. Comparé à l’an dernier, le loyer moyen des studios et des T2 a augmenté de près de 10 %, « certainement en raison de l’afflux de biens de type Airbnb, souvent de bonne qualité et donc plus chers, sur le marché classique ».

La colocation est l’autre solution pour faire des économies, tout en profitant de davantage d’espace. Un logement loué à plusieurs revient en moyenne à 468 € par mois charges comprises, un montant également en hausse de 5 % par rapport à l’année dernière.

La famille, une garantie rassurante pour les propriétaires

Concernant le garant, la famille assure dans 87 % des cas ce rôle. 7 % des étudiants s’appuient sur la garantie Visale accordée gratuitement par Action Logement, 2 % se tournent vers leurs amis et 2 % ne disposent d’aucun garant.

A lire aussi