L’immobilier neuf subit les effets de la récession

La ministre déléguée chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, appelle les maires à accélérer le traitement des demandes de permis de construire.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Immobilier neuf
© DEBOVE SOPHIE

Quand le bâtiment va, tout va. La grave récession due à la crise sanitaire montre par contraste la pertinence de ce dicton : les ventes de logements neufs plongent.

Le ministère de la Transition écologique constate la mise en vente de « moins de 18 400 logements » neufs entre avril et juin, soit un recul de 47 % par rapport au deuxième trimestre de l’année 2019.

« Les mises en vente ne s’étaient pas contractées aussi fortement depuis fin 2008, au plus fort de la crise immobilière des subprimes », remarque le service des données et études statistiques du ministère dans une étude datée du mois d’août.

« Ce fort repli a été amorcé au premier trimestre 2020 (24,5 % par rapport au premier trimestre 2019), alors que les mises en vente suivaient déjà une tendance baissière : depuis le quatrième trimestre 2018, le nombre de logements commercialisés par trimestre est systématiquement inférieur à celui observé un an plus tôt », selon l’enquête.

Une chute des réservations...

Le nombre de réservations de logements neufs a chuté de 41,7 % sur un an en France métropolitaine, pour atteindre 20 400. Les annulations de réservations ont bondi de 31,4 %. Le confinement, qui a duré du 17 mars pour s’achever le 10 mai inclus, a touché l’activité du secteur. 

Depuis, le marché souffre encore, pénalisé notamment par le pessimisme et la restriction du crédit, au point que la ministre déléguée chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, a lancé le 11 août « un appel aux maires » à accélérer le traitement des demandes de permis de construire.

...qui aboutira à une hausse des prix ?

« C’est vraiment très important que les maires nouvellement élus ou réélus donnent un coup de booster pour instruire plus vite les permis de construire, notamment là où il y a des besoins de logements », a dit Emmanuelle Wargon sur les ondes d’Europe 1.

« Les permis de construire, les autorisations d’urbanisme ont été très peu donnés, délivrés pendant la période du confinement, c’est normal, tout a fonctionné au ralenti, mais il y a un retard aux permis de construire » qui « créera un trou d’air dans les constructions l’année prochaine », a souligné la ministre. Ce phénomène va provoquer « un manque de logements neufs » et « alimenter l’augmentation des prix du neuf », analyse-t-elle.

Une relance par une baisse de la TVA ?

« La situation de la construction de logements neufs est alarmante », a observé sur le réseau Twitter Henzy Buzy-Cazaux, qui préside l’Institut du management des services immobiliers.

« Il est urgent que le gouvernement se penche à son chevet. On est en train d’hypothéquer les années à venir. La production de 2020 ne dépassera pas les 300 000 unités, et il en faudrait 450 000 », prévoit Henry Buzy-Cazaux, plaidant pour une diminution provisoire de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable aux logements neufs. Le taux de TVA dû atteint en général 20 % pour un achat.

 

Partager cet article :