Investissement locatif : le dispositif Denormandie dans l’ancien est prolongé et simplifié

Le dispositif de réduction fiscale Denormandie, destiné à encourager la rénovation de logements dégradés situés dans les villes moyennes, est prolongé jusqu’au 31 décembre 2022, élargi à de nouveaux travaux et simplifié.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© skynesher

Lors de l’adoption définitive du projet de loi de finances 2020, les députés ont validé jeudi 19 décembre la simplification et la reconduction du dispositif d’incitation fiscale « Denormandie » pour l’investissement locatif dans l’ancien jusqu’au 31 décembre 2022. Mis en place le 1er janvier 2019, il est destiné aux propriétaires bailleurs qui achètent un logement ancien à rénover pour ensuite le mettre en location pendant 6, 9 ou 12 ans.

Un panel de travaux éligibles élargi

Le montant des travaux de rénovation doit représenter 25 % du coût total de l’opération (achat + travaux), au minimum. Les députés ont élargi l’éventail des travaux éligibles qui comprennent désormais, outre les travaux de rénovation énergétique, ceux permettant la modernisation, l’assainissement ou l’aménagement de surfaces habitables (dont les combles et sous-sols) ou encore la création de surface habitable nouvelle.

Le périmètre des zones éligibles est élargi

Le périmètre des zones éligibles est simplifié. Jusqu’à présent, il fallait acheter un logement en centre-ville dans les 222 villes moyennes signataires de conventions dites « Cœur de ville » ou dans les communes, quelle que soit leur taille, qui mettent en place des opérations de revitalisation de leur territoire. A partir du 1er janvier 2020, il sera possible de bénéficier du dispositif Denormandie dans l’ensemble du territoire des communes éligibles et non plus dans les seuls « centres-villes ». La liste des communes concernées est consultable en ligne.

Le montant de l’avantage fiscal

Pour rappel, l’avantage fiscal dépend de la durée de mise en location du bien. Les propriétaires-bailleurs pourront déduire de leurs impôts sur le revenu entre 12 %, 18 % et 21 % de leur investissement (prix d’achat + frais de notaire + travaux), selon qu’ils loueront leur bien pendant 6, 9 ou 12 ans. Par exemple, pour l’achat d’un bien de 150 000 € avec 50 000 € de travaux, l’aide est de 42 000 € pour une location de 12 ans, soit 3 500 € de déduction par an.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :