Est-ce judicieux de faire racheter votre crédit immobilier ?

En raison de la faiblesse des taux, le réseau de courtage Vousfinancer recommande de faire racheter votre emprunt... mais seulement dans certaines hypothèses. Explications. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Crédit immobilier
© wutwhanfoto

Vous voudriez diminuer le coût de votre prêt immobilier ? Faire racheter votre crédit par une banque autre que celle auprès de laquelle vous l’avez contracté peut constituer un bon choix en ce moment. Vousfinancer défend un tel changement dans certaines situations. « Les taux d’emprunt ont à nouveau légèrement baissé en juillet, ils sont quasiment stables par rapport au début d’année », explique à Dossier Familial Sandrine Allonier, porte-parole de ce réseau de courtage en crédit immobilier. Les banques partenaires de Vousfinancer proposent des taux moyens de 1,2 % sur 15 ans, de 1,4 % sur 20 ans et de 1,6 % sur 25 ans, détaille notre interlocutrice.

Les personnes dont le taux marque un écart de 0,7 à 1 point au regard du taux moyen actuel pour la durée d’emprunt concernée peuvent trouver judicieux de faire racheter leur crédit. Mais l’opération est coûteuse : comptez des pénalités de remboursement anticipé à régler auprès de la banque qui vous a accordé le prêt initial, ainsi que des frais de garantie et de dossier.

« Tous les crédits au-dessus de 2,4 % sur 20 ans peuvent être théoriquement renégociés, ce qui était encore le taux moyen pour cette durée avant 2016 », souligne Sandrine Allonier.

Jamais en fin de remboursement

Vous devez vous trouver dans le premier tiers ou dans la première moitié de la durée de remboursement du crédit. Car en fin de crédit immobilier, les mensualités sont essentiellement composées de capital plutôt que d’intérêts, rappelle la porte-parole de Vousfinancer. Pour que l’opération soit avantageuse, vous devez être redevable de 70 000 à 100 000 €.

Outre ces critères, certains emprunteurs doivent écarter la perspective d’un rachat.

  • Ceux ayant perdu leur emploi risquent de ne pouvoir obtenir un nouvel emprunt.
  • Les personnes ayant souffert de problèmes de santé depuis la souscription du crédit en cours peuvent perdre au change en subissant un renchérissement du coût de leur assurance emprunteur.
  • Enfin, si vous projetez de revendre dans les deux ans votre bien, n’envisagez pas un rachat, « sauf à prendre un crédit transférable, ce qui est très rare », indique Sandrine Allonier.

Une procédure longue

Si vous estimez qu’un rachat peut être avantageux, ne vous attendez pas à une réactivité forte des banques que vous contactez : elles sont surchargées de demandes de prêt. En été, l’examen des dossiers est ralenti dans les établissements. Les banques privilégient toute l’année le traitement des demandes de prêt, pour éviter la mise en jeu de la condition suspensive qui figure dans les compromis ou dans les promesses de vente. Pour que vos démarches visant à un rachat aboutissent, comptez quatre à six mois, selon Sandrine Allonier.

Avant de déposer un dossier de demande de rachat auprès d’une banque, demandez à celle qui vous a déjà fait crédit un document indispensable : le décompte de remboursement anticipé. Il permettra aux établissements que vous sollicitez de disposer des informations utiles sur le crédit que vous souhaitez faire racheter.

« Certaines banques tardent à fournir ce document, remarque Sandrine Allonier. Elles peuvent être tentées de tout faire pour vous garder, mais cette situation est devenue rare, sauf pour les très bons clients. » Pour la porte-parole de Vousfinancer, un détail est à considérer si vous renégociez votre crédit avec votre banque actuelle. Cette dernière « est susceptible de vous réclamer des frais de renégociation, pouvant aller jusqu’à 1 % du montant emprunté », note Sandrine Allonier.

Que faire si vous changez ?

Selon Vousfinancer, si vous faites racheter votre crédit par une autre banque, vous pouvez choisir :

  • de conserver la même durée d’emprunt et de diminuer le montant de vos mensualités ;
  • d’abaisser la durée de crédit en conservant le même montant de mensualité ;
  • de rallonger la durée du crédit de 2 à 5 ans et de réduire le montant de vos mensualités.

Partager cet article :