Emploi, logement : le palmarès des villes les plus attractives de France

Besançon, Orléans et Saint-Etienne arrivent en tête des villes les plus favorables pour trouver un emploi stable et un logement, selon le baromètre « work & live » de Jobijoba et Meilleurtaux.com.
3mn de lecture
© Leonid Andronov

Les villes les plus populaires n’offrent pas toujours le meilleur compromis en termes d’emploi et de logement. C’est ce qui ressort du troisième baromètre « work & live » de l’attractivité des grandes villes françaises réalisé par le site de recherche d’emploi Jobijoba et la plateforme immobilière Meilleurtaux.com et publié lundi 4 novembre. Cette année, l’étude a porté sur 30 agglomérations, contre 20 les éditions précédentes.

Pour chacune, Jobijoba a recensé le nombre d’offres en CDI et calculé un taux de CDI pour 100 habitants. Au total, plus de 2 millions d’offres d’emploi parues en 2019 ont été passées au crible. Le pouvoir d’achat immobilier, c’est-à-dire le nombre de mètres carrés pouvant être achetés avec un prêt sur 20 ans avec les revenus nets proposés - a été calculé à partir du salaire médian dans chaque ville, des taux d’intérêt pratiqués localement et du prix de l’immobilier. Enfin, le taux de CDI pour 100 habitants a été multiplié par le pouvoir d’achat immobilier pour obtenir le classement.

En conclusion, le prix moyen de l’immobilier est de 2 934 euros le mètre carré permettant d’accéder en moyenne à un bien immobilier de 63 m2. Et le taux d’offres d’emploi en CDI pour 100 habitants s’élève en moyenne à 8,8. « Le nombre d’offres apparaît en hausse sensible dans de nombreuses villes », explique Thomas Allaire, le directeur général de Jobijoba.

© Jobijoba-Meilleurtaux.com

Besançon, Orléans et Saint-Etienne en tête du palmarès

Mais, ce ne sont ni les plus grandes villes, ni celles les plus populaires qui arrivent en tête du classement. Ainsi Besançon occupe la première du palmarès. Une performance qui s’explique à la fois par le dynamisme du marché de l’emploi local, avec 13,1 offres de CDI pour 100 habitants, et son pouvoir d’achat immobilier intéressant. Avec un prêt sur vingt ans, il est possible de s’acheter 74 m2. Orléans arrive à la deuxième place grâce à un marché de l’emploi très dynamique – 14,4 offres de CDI pour 100 habitants – et à son pouvoir d’achat immobilier (67 m2 accessibles). Saint-Etienne ferme la marche du podium : il y est plus aisé de trouver un emploi qu’en 2018 (8,2 offres de CDI pour 100 habitants contre 3,4 offres l’an dernier), et surtout, la ville se distingue par une surface immobilière accessible de 114 m2.

Viennent ensuite Grenoble, Rouen et Lyon. La préfecture d’Auvergne-Rhône-Alpes se distingue par un fort taux d’emploi (24 offres de CDI) – la meilleure performance du classement - mais est pénalisée par son pouvoir d’achat immobilier, avec 34 m2 accessibles.

Lille dégringole à la 14e place

Clermont-Ferrand, qui se classe dixième, est qualifiée de « bonne surprise ». La ville peut compter sur un marché de l’emploi plutôt dynamique (7,8 offres en CDI) et un pouvoir d’achat immobilier intéressant, avec 71 m2 accessibles. A l’inverse, Lille chute. Première du baromètre en 2017 et en 2018, elle se classe cette année quatorzième, victime d’une baisse des offres d’emploi.

L’arc méditerranéen en queue de peloton

Enfin les cinq grandes villes du pourtour méditerranéen – Montpellier (24e), Toulon (25e), Nice (28e), Marseille (29e) et Nîmes (30e) – figurent toujours en bas du classement. Elles affichent toutes moins de 5 offres en CDI pour 100 habitants et des prix immobiliers élevés.

© Jobijoba-Meilleurtaux.com
df
Sarah Corbeel
Publié le