Crédit immobilier : vous pourrez emprunter plus facilement en 2021

Le Haut conseil de stabilité financière assouplit les conditions d’octroi des crédits immobiliers. A partir du 1er janvier, la durée maximum d’un emprunt dans le neuf passera de 25 à 27 ans, le taux maximum d’endettement de 33 à 35 % et le volume de dérogations à ces règles de 15 à 20 %.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture

Emprunter va devenir plus facile. Un an après avoir recommandé aux banques d’être plus exigeantes dans l’octroi des prêts immobiliers, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), autorité chargée de la surveillance du système financier, présidé par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a assoupli ses recommandations.

En décembre 2019, l’institution avait demandé aux banques de limiter la durée des prêts à 25 ans, d’accroître leur vigilance sur l’apport des emprunteurs et de ne plus prêter au-delà de 33 % d’endettement, c’est-à-dire que le rapport entre le montant du remboursement du crédit et le revenu net de l’emprunteur ne pouvait pas excéder 33 %. Un durcissement des conditions destiné à protéger les ménages du surendettement mais qui a rendu l’accès au crédit « quasi-impossible à toute une catégorie de la population française », déclare Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com dans un communiqué.

« Aujourd’hui, de nombreux dossiers, et plus particulièrement ceux des primo-accédants sans apport et ceux des petits investisseurs, sont refusés parce qu’ils dépassent très légèrement les 33 % d’endettement et qu’ils ne disposent pas d’épargne pour compléter », poursuit-elle. Sur l’ensemble de l’année 2020, le nombre de prêts accordés a baissé de 18 %, d’après  l'observatoire Crédit Logement/CSA.

L’accès au crédit sera plus facile pour les primo-accédants

Aussi, sous la pression de nombreux professionnels de l’immobilier, de la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, et du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, le HCSF a accepté de lâcher du lest. A compter du 1er janvier 2021, la durée des crédits pourra passer à 27 ans dans le neuf, le taux maximum d’endettement à 35 % et le volume de dérogation à ces règles de 15 % à 20 % de l’ensemble des crédits octroyés.

« L’assouplissement des recommandations est une excellente nouvelle », se réjouit Julie Bachet, directrice générale du courtier en prêts Vousfinancer. « La hausse à 35 % du taux d’endette maximum va permettre à des primo-accédants de devenir propriétaires, y compris dans les grandes villes où les prix sont parfois élevés… Tout cela bien sûr sous conditions de reste-à-vivre et d’apport, car les banques vont rester vigilantes sur ce point », analyse-t-elle. Et « la hausse de la durée maximum des crédits à 27 ans dans le neuf (…) devrait permettre une relance du secteur de la construction », conclut-elle.

Partager cet article :