Crédit immobilier : l’inflation peut pénaliser les emprunteurs

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Doucefleur – iStock

L’inflation bénéficie-t-elle aux personnes ayant souscrit un emprunt immobilier ? Pas forcément. Certes, comme les dépenses contraintes autres que la mensualité de crédit sont de plus en plus lourdes (alimentation, électricité, carburant, etc.), le « poids relatif » de cette mensualité baisse par rapport à vos autres frais, rappelle Vousfinancer dans un communiqué diffusé mercredi 29 juin. Mais l’avantage présenté pour les emprunteurs par l’évolution des prix « n’est valable qu’à condition que les revenus augmentent, dans l’idéal autant que l’inflation, ce qui est loin d’être toujours le cas », poursuit le réseau de courtage en crédit.

En juin, les prix à la consommation ont bondi de 5,8 % sur un an (5,2 % en mai), a évalué provisoirement l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans une enquête parue jeudi. Sur le seul mois, les prix à la consommation ont crû « de 0,7 %, comme en mai ».

Les salaires dans le secteur privé progressent plus faiblement que l’inflation. Entre janvier et mars, « [l’]indice du salaire mensuel de base (SMB) de l’ensemble des salariés » a crû de 1,1 % et de 2,3 % sur un an, a estimé la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail, dans un document mis en ligne le 24 juin.

Les emprunteurs subissent le renchérissement des dépenses du quotidien. Cette tendance touche également les candidats à un crédit immobilier, confrontés de surcroît à la hausse des taux. « Depuis janvier, les taux de crédit ont remonté de 0,5 % en moyenne, mais jusqu’à 0,75 % dans certaines banques », souligne Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer, citée dans le communiqué, en se fondant sur les pratiques des partenaires du réseau.

J'achète un logement : le guide pratique

Une « check-list » pour ne rien oublier, des outils pratiques et tous les articles utiles

J'achète un logement : le guide pratique

L’apport personnel a atteint des niveaux record

Les banques exigent un apport de plus en plus important auprès des candidats à un prêt, comme l’illustrent des données présentées par Century 21 dans un dossier de presse publié le 27 juin concernant le marché immobilier ancien au premier semestre (à télécharger ici). 

L’apport personnel moyen se situe à des niveaux record depuis la première publication de statistiques sur ce thème par le réseau d’agences immobilières, au premier semestre 2011. Il a atteint des sommets en montant (55 519 euros) comme en pourcentage (21,2 %), selon les résultats de simulations fournis par les banques partenaires de Century 21, à partir des taux moyens du marché et de l’hypothèse d’un crédit sur vingt ans remboursable par mensualité de 1 000 euros. En moyenne, pour un prix moyen d’achat de 261 378 euros, le montant emprunté s’est élevé à 205 859 euros. 

Dans l’immobilier ancien, les prix ont progressé entre le premier semestre 2021 et le premier semestre 2022, indique Century 21 à partir des transactions réalisées par l’intermédiaire d’une de ses agences. Les prix des appartements ont grimpé de 7,4 %, pour atteindre en moyenne 4 061 euros par mètre carré. La hausse est plus forte pour les maisons : 10,7 % pour ces biens, dont le mètre carré coûte en moyenne 4 061 euros. « L’activité pâtit de ces niveaux de prix toujours plus élevés », déplore Century 21. Dans le réseau, le nombre de ventes d’appartements a augmenté de 1,7 %, tandis que le nombre de ventes de maisons a plongé de 7,9 %.

POUR ALLER PLUS LOIN