Crédit immobilier : les taux d’usure remontent

A partir du 1er juillet, le taux d’usure au-delà duquel une banque n’a pas le droit d’accorder un prêt immobilier sera fixé à 2,57 % pour les prêts de 20 ans et plus, contre 2,51 % au deuxième trimestre.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© marchmeena29

Les emprunteurs les plus modestes pourront décrocher plus facilement un crédit immobilier. Le taux d’usure pour le troisième trimestre, taux maximum au-delà duquel une banque n’a pas le droit d’accorder un prêt, remonte de 0,06 % sur les durées de 20 ans et plus, les durées les plus répandues.

Destiné à protéger l’emprunteur d’éventuels abus, le taux annuel effectif global (TAEG) comprend le taux d’intérêt de base, les frais de dossier, commissions et rémunérations diverses, les coûts d’assurance et de garantie obligatoires, les frais d’ouverture et de tenue d’un compte, le coût de l’évaluation du bien immobilier.

Ce taux est révisé chaque trimestre par la Banque de France à partir des taux effectifs moyens pratiqués par les établissements de crédit augmentés d’un tiers. Il varie en fonction du type de prêts (prêt immobilier, crédit à la consommation, crédit renouvelable, etc.), du montant emprunté et de la durée. Les nouveaux seuils d’usure ont été publiés le 23 juin au Journal officiel.

Evolution des taux d’usure au 1er juillet 2020

 

Seuil de l’usure au 2e trimestre 2020

Seuil de l’usure au 3e trimestre 2020

Evolution

Prêt d’une durée inférieure à 10 ans

2,41 %

2,39 %

-0,02 %

Prêts d’une durée de 10 ans à moins de 20 ans

2,40 %

2,40 %

0,00 %

Prêts d’une durée de 20 ans et plus

2,51 %

2,57 %

0,06 %

Prêts à taux variable

2,27 %

2,28 %

0,01 %

Prêts-relais

2,99 %

3,01 %

0,02 %

Une bonne nouvelle pour les emprunteurs modestes…

La légère remontée du taux d’usure sur les prêts de 20 ans et plus est « une bonne nouvelle pour les emprunteurs, car elle concerne les durées les plus répandues », explique Sandrine Allonier, la porte-parole de Vousfinancer dans un communiqué.

Cette remontée devrait favoriser le financement des emprunteurs modestes pénalisés par les baisses successives du taux d’usure (2,97 % au 1er juillet 2019) et les recommandations du Haut conseil de stabilité financière (pas plus de 33 % d’endettement et des prêts limités à 25 ans). La hausse des taux d’intérêt et la baisse du taux d’usure a exclu des ménages souhaitant emprunter.

… même si les seniors et les malades restent pénalisés

Même si l’évolution des taux d’usure va dans le bon sens, elle « ne prend pas suffisamment en compte les différents profils d’emprunteurs », note Sandrine Allonier. Dans certaines banques, les taux sur 20 ans des crédits immobiliers vont, selon les profils, de 1 % à 1,85 %, soit un taux d’usure qui peut largement dépasser les 2,57 % en incluant tous les frais ou en cas d’assurance avec surprime. Une situation pénalisante pour les emprunteurs les plus à risques en termes de santé (seniors, risques aggravés) puisque leurs taux dépassent « fréquemment le seuil de l’usure en raison du poids très important de l’assurance dans le TAEG ».

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :