Coronavirus : à quelles aides avez-vous droit ?

300 € d'aide pour le loyer, 1 500 € pour payer les factures, prime auto, prime vélo, prime jeune, chèques-vacances... Que vous soyez étudiant, salarié, chômeur ou entrepreneur, les pouvoirs publics ont mis en place une série de mesures pour vous aider à faire face à la crise liée au Covid-19. Revue en détail des dispositifs en place.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
7mn de lecture
© SergeyChayko

Depuis le début de la crise sanitaire liée au Covid-19, le gouvernement a multiplié les annonces pour venir en aide aux particuliers et aux entreprises fragilisés. Dossier familial récapitule les principaux dispositifs mis en place.

LES AIDES POUR LES PARTICULIERS

► Jusqu’à 300 € d’aide pour payer son loyer ou crédit immobilier

Vous avez dû mal à payer votre loyer ou à rembourser votre crédit immobilier ? Vous pouvez peut-être percevoir une aide forfaitaire d’un montant de 150 € de la part d’Action Logement pendant deux mois. L’aide est financée par les entreprises mais le gouvernement soutient le dispositif.

Pour y avoir droit, vous devez être :

  • soit au chômage ;

  • soit salarié du secteur privé et avoir des ressources inférieures de 1,5 Smic (soit 2 309,13 € brut par mois) et avoir subi une baisse de revenus d’au moins 15 % à la suite de la mise en place des mesures de chômage partiel ou d’une hausse significative de vos dépenses ou avoir connu des surcoûts de loyer du fait de la crise sanitaire en maintenant une double résidence pour motif professionnel.

Les demandes sont à déposer à partir du 30 juin.

► Jusqu’à 1 500 € pour les salariés du secteur privé

L’Agirc-Arrco, régime de retraite complémentaire des salariés du privé, verse jusqu’à 1 500 € aux salariés ou dirigeants salariés du secteur privé, qui connaissent des difficultés financières en raison de la crise sanitaire. L’aide sera allouée en une seule fois. Pour en bénéficier, il faut contacter sa caisse de retraite complémentaire.

► 1 000 à 1 500 € de primes pour les soignants

Les personnels des hôpitaux et des Ehpad mobilisés entre le 1er et le 30 avril pour faire face à l’épidémie de Covid-19 vont percevoir une prime de 1 000 ou 1 500 € selon les départements. Elle est exonérée de toutes les cotisations et contributions sociales, ainsi que de l’impôt sur le revenu. Elle est versée en une seule fois et n’est pas reconductible.

Selon un décret publié le 13 juin au Journal officiel, elle atteindra 1 500 € dans les départements les plus touchés par l’épidémie : Aisne, Ardennes Aube, Bas-Rhin, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Côte-d’Or, Doubs, Drôme, Essonne, Eure-et-Loir, Haute-Corse, Haute-Marne, Haute-Saône, Haute-Savoie, Haut-Rhin, Hauts-de-Seine, Jura, Loire, Marne, Mayotte, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Nièvre, Nord, Oise, Paris, Pas-de-Calais, Rhône, Saône-et-Loire, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Somme, Territoire de Belfort, Val-de-Marne, Val-d’Oise, Vosges, Yonne et Yvelines. Dans les autres départements, elle sera de 1 000 €.

► Une prime à la conversion et des bonus écolo pour les automobilistes

Depuis le 1er juin et jusqu’au 31 décembre, si vous mettez un vieux véhicule diesel ou essence à la casse, vous pouvez bénéficier d’une prime à la conversion exceptionnelle de :

  • 3 000 € pour l’achat d’un véhicule thermique, essence ou diesel
  • 5 000 € pour l’achat d’une voiture électrique ou hybride rechargeable ayant au moins 50 km d’autonomie, ou pour le "retrofit électrique" (la conversion d'une voiture thermique en électrique).

Pour y avoir droit, votre revenu fiscal de référence par part doit être inférieur ou égal à 18 000 € et vous devez faire partie des 200 000 premières demandes. Au-delà, ce sera le barème précédent de la prime à conversion qui s’appliquera.

Par ailleurs, le plafond du bonus écologique pour l’acquisition d’une voiture 100 % électrique passe de 6 000 à 7 000 € pour les véhicules d’un montant inférieur ou égal à 45 000 € et l’achat d’un véhicule hybride rechargeable neuf ayant une autonomie supérieure à 50 km donne droit à un bonus écologique de 2 000 €.

► Une prime de 50 € pour les cyclistes

Vous pouvez bénéficier d’une prime de l’Etat de 50 € maximum hors taxes pour remettre en état votre vélo à condition de confier les réparations à une boutique participant à l’opération « Coup de pouce vélo ». Les réparateurs sont référencés sur la plateforme coupdepoucevelo.fr. Le bénéfice du dispositif est ouvert une seule fois par personne, jusqu’au 31 décembre prochain.

► Une prime de 200 € pour les jeunes en situation de précarité

Vous pouvez percevoir une « prime jeunes précarité » d’un montant de 200 € si :

  • vous êtes étudiant, boursier ou non, et avez perdu votre travail ou stage gratifié en raison du confinement ;
  • vous êtes étudiant ultramarin, boursier ou non, et avez dû resté en métropole ;
  • vous avez moins de 25 ans, n’êtes pas étudiant et bénéficiez d’une aide personnelle au logement versée par la Caisse d’allocations familiales (Caf). Si vous vivez en couple, avec des enfants à charge ou non, une seule prime est versée par foyer.

Si vous êtes étudiant, vous devez déposer votre demande sur la plateforme MesServices.etudiant.gouv.fr pour percevoir l’aide qui sera versée par le Crous. En revanche, si vous n’êtes pas étudiant, vous n’avez aucune démarche à effectuer. La CAF vous versera automatiquement la prime à partir du 25 juin.

► 300 € de chèques-vacances pour les familles modestes

Le gouvernement va distribuer, avec les régions volontaires, une aide de 300 € sous la forme de chèques-vacances à 250 000 familles ayant des revenus modestes, dont un parent a été en première ou en deuxième ligne pendant l’épidémie.  Les chèques seront utilisables du 1er au 31 décembre 2020.

LES AIDES POUR LES ENTREPRISES

► Fonds de solidarité jusqu’à la fin de l’année 2020

Créé par l’Etat et les régions fin mars pour venir en aide aux très petites entreprises (TPE), micro-entrepreneurs, indépendants et professions libérales, particulièrement touchées par les conséquences économiques du Covid-19, le fonds de solidarité est prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 pour les entreprises des secteurs de l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport, culture et les entreprises de secteurs connexes qui ont subi une très forte baisse d’activité. Sont éligibles entreprises relevant de ces activités ayant au plus 20 salariés (contre 10 auparavant) et moins de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires (1 million auparavant).

Le fonds de solidarité comporte deux volets :

  • une aide de 1 500 € maximum versée par la DGFiP
  • une aide complémentaire pouvant désormais aller jusqu’à 10 000 € versée par les régions.

 

► Prêt de trésorerie garanti par l’Etat

Jusqu’au 31 décembre 2020, les entreprises de toute taille et quelle que soit leur forme juridique (sociétés, commerçants, artisans, exploitants agricoles, professions libérales, micro-entrepreneurs, associations et fondations ayant une activité économique, etc.) peuvent demander à leur banque habituelle un prêt garanti par l’Etat (PGE) pour soutenir leur trésorerie touchée par la crise liée au Covid-19.

Le prêt pourra représenter jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires 2019 ou deux années de masse salariale pour les entreprises innovantes (start-up) ou créées depuis le 1er janvier 2019. Il sera distribué par les banques à « prix coûtant », c’est-à-dire aux taux d’intérêts en vigueur auxquels s’ajouteront le coût de la garantie publique, qui est, selon la taille de l’entreprise, de 0,25 % ou 0,50 % du montant du prêt la première année.

► Dispositif d’aide en cas de refus de prêt garanti par l’Etat

Les petites et moyennes entreprises à qui a été refusé un prêt garanti par l’Etat et qui ont échoué à faire réviser ce rejet par la médiation du crédit peuvent bénéficier d’un dispositif de soutien à leur trésorerie. Il faut justifier de perspectives réelles de redressement de l’exploitation et ne pas faire l’objet de procédures collectives d’insolvabilité. Le dispositif est ouvert jusqu’au 31 décembre 2020.

L’aide prend la forme :

  • d’une avance remboursable dont la durée d’amortissement est limitée à 10 ans pour un montant inférieur ou égal à 800 000 € ;
  • d’un prêt à taux bonifié dont la durée d'amortissement est limitée à six ans, pour un montant supérieur à 800 000 €.

La demande est à adresser au Comité départemental d’examen des problèmes de financement des entreprises (Codefi). Les contacts sont disponibles ici.

► Report du paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE)

Le paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE) a été reporté au 15 décembre pour les sociétés des secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du tourisme et de l’événementiel.

► Recours possible à l’activité partielle

Les entreprises relevant des secteursde l’hôtellerie, restauration, cafés, tourisme, événementiel, sport, culture pourront continuer à bénéficier d’une prise en charge à 100 % de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’en septembre 2020. Pour les autres secteurs, les heures chômées au titre de l’activité partielle sont prises en charge à 85 % depuis le 1er juin.

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :