APL : la réforme reportée à 2020

La révision du calcul des aides personnalisées au logement (APL) sera mise en application au début de l’année 2020.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Les APL seront calculées sur la base des revenus des douze derniers mois. © Photografeus

Prévue au mois d’avril dernier, la mise en œuvre du nouveau calcul des aides personnalisées au logement (APL) est repoussée à fin janvier/début février 2020, au moment où les APL sont actualisées, d’après une lettre du Premier ministre, Edouard Philippe, remise mardi aux ministres en charge du dossier, parmi lesquels le ministre du Logement, Julien Denormandie.

« C’est un chantier complexe, partagé entre plusieurs ministères », déclare-t-on à Matignon qui confirme les « difficultés opérationnelles du pilotage ». Le Premier ministre a donné quinze jours à Julien Denormandie pour proposer « un pilotage revu et sécurisé » de la réforme, un « plan de communication auprès des allocataires au dernier trimestre 2019 » et « une vision actualisée des impacts individuels de la réforme en janvier 2020 ».

Prise en compte des revenus de l’année en cours

Pour rappel, la réforme prévoit de modifier le mode de calcul de l’aide personnalisée au logement (APL), de l’allocation de logement sociale (ALS) et de l’allocation de logement familiale (ALF). Elles ne seront plus calculées sur la base des revenus d’il y a deux ans (année n-2) mais sur ceux de l’année en cours. Et seront actualisées tous les trimestres, en fonction des revenus perçus sur les douze derniers mois glissants.

Au moins 600 000 perdants

Cette mesure, présentée comme « juste » et « équitable » par le gouvernement, devrait permettre à l’Etat d’économiser un peu plus d’un milliard d’euros par an. Mais du côté des allocataires, elle ne fera pas que des gagnants. D’après les évaluations internes, au moins 600 000 devraient voir leur APL diminuer, notamment chez les jeunes entrant dans la vie active après avoir été étudiants.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :