Hygiène, dangerosité, tarifs : les lieux de vacances sous haute surveillance

3 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les structures gonflables dans les clubs de plage ne sont pas assez sécurisées.
Les structures gonflables dans les clubs de plage ne sont pas assez sécurisées. Les structures gonflables dans les clubs de plage ne sont pas assez sécurisées.

Chaque été, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) pilote l’Opération interministérielle vacances (OIV). Ce dispositif vise à contrôler restos, campings ou encore aires de loisirs sur tout le territoire et en particulier dans les 38 départements les plus touristiques de France entre le 1er juin et le 15 septembre. Objectif : protéger les estivants contre les pratiques déloyales, les abus et les infractions au droit de la consommation.

D’après le bilan de l’opération 2016 rendu publique le 26 juin dernier, un peu plus de 27 000 établissements ont été contrôlés pour un taux d’anomalies de 24 %. Cette surveillance a donné lieu à 16 464 avertissements.

Des restos et bars à l’hygiène douteuse

Concernant l’alimentation, l’étiquetage de la production artisanale (épices, confitures, miels, etc.) vendue sur les marchés locaux fait souvent défaut car les règles sont mal connues. Les agents ont, par ailleurs, visité 8 210 lieux de restauration (restos, bars, marchés, boucheries, etc.). Bilan : 113 établissements ont dû fermer leurs portes et diverses anomalies ont été relevées. Ainsi, l’hygiène des locaux et des denrées laisse parfois à désirer : « absence de film sur des denrées travaillées, absence de plan de nettoyage, congélation dans de mauvaises conditions d’hygiène, défaut de traçabilité », etc.

Des professionnels ne respectent pas les températures adéquates pour conserver les aliments et certains ont été « verbalisés pour détention de denrées dont la date limite de consommation était dépassée ». Enfin, nombreux sont les établissements à avoir été « enjoints de mettre en conformité leur plan de travail, leurs réfrigérateurs, leurs outils de travail », précise la Répression des fraudes. Depuis le 1er mars, les résultats des contrôles sanitaires sont consultables sur le site www.alim-confiance.gouv.fr. Une carte interactive répertorie l’ensemble des établissements inspectés.

Dangerosité des structures gonflables et des activités de glisse

Dans le domaine des activités et sports liés à la nature, près d’un contrôle sur trois a fait état d’un manquement. Les anomalies les plus dangereuses, notamment pour les plus jeunes, ont été détectées dans les activités de glisse comme les téléskis nautiques. « La sécurisation des structures gonflables dans les clubs de plage est aussi globalement mauvaise », note la DGCCRF.

Autre secteur dangereux : la location d’articles de sports et de loisirs qui enregistre un taux d’anomalies de 25 %. Il a ainsi souvent été constaté la mise en location de casques ou de gilets de sauvetageusés ou en mauvais état, avec des attaches défectueuses.

Dans les aires de jeux, les enquêteurs ont suspendu la mise à disposition du public de certains équipements : structure combinée plateforme et toboggan, balançoire, etc.

Les campings ne sont pas aux normes

Les enquêteurs ont relevé de nombreux manquements dans les campings : une information aux consommateurs incomplète, une absence de remise de descriptifs des locations saisonnières de mobile homes, des défauts d’affichage des tarifs, des consignes de sécurité dans les laveries ou du règlement intérieur, etc.

Dans les centres de vacances et les gîtes visités, des lits superposés se sont révélés dangereux : barrières trop espacées, cassées ou absentes, lits instables, voire non fixés l’un sur l’autre. « Des injonctions ont été adressées aux gîtes et centres de vacances concernés ».

Choix du camping, respect du règlement intérieur, versement d’arrhes ou d’un acompte… retrouvez nos sept conseils pour faire respecter vos droits si vous séjournez dans un camping.

26 % d’anomalies pour l’offre touristique proposées sur Internet

L’offre touristique numérique a également fait l’objet d’une surveillance. « Beaucoup de sites Internet dissimulent des pratiques commerciales trompeuses ». Par exemple, les prix ne sont pas identiques sur les différents supports de communication (site web, prospectus et catalogue promotionnel). Les mentions obligatoires comme les conditions d’indemnisation du client en cas d’annulation du fait de l’exploitant ne sont pas toujours présentes. Des mentions valorisantes trompeuses ont également été observées sur les sites et les menus de certains restaurants.

A lire aussi