Hausse de la CSG, gel du point d'indice et jour de carence : 3 motifs de grogne pour les fonctionnaires

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Hausse de la CSG : pas de compensations pour les fonctionnaires
Hausse de la CSG : pas de compensations pour les fonctionnaires Hausse de la CSG : pas de compensations pour les fonctionnaires

Si les salariés du privé bénéficient de compensations (suppression des cotisations maladie et chômage en deux temps en 2018, qui représentent 3,15 % du salaire) supérieures à la hausse de la CSG de 1,7 point, les fonctionnaires, eux, sont beaucoup moins bien lotis.

En 2018, leur fiche de paie inclura la hausse de la CSG de 1,7 point mais rien de plus, à l'exception de la suppression de la contribution exceptionnelle de solidarité (CES), selon le projet de loi de finances pour 2018.

Certes, leur situation diffère de celle des salariés du privé : ils ne paient pas de cotisations maladie salariales : leur assurance maladie est financée totalement par leur employeur, l'Etat. Ils ne versent pas non plus de cotisation chômage à proprement parler mais une contribution exceptionnelle de solidarité au régime d'assurance-chômage au taux de 1 %.

Mais en l'absence de compensations, la conséquence sera visible sur leur fiche de paie : leur salaire mensuel net baissera dès 2018 sauf si le gouvernement annonce une mesure les favorisant dans un autre cadre que le projet de loi de finances.

Gel du point d'indic et rétablissement du jour de carence

Outre la hausse de la CSG, le gel de leur point d’indice et le rétablissement du jour de carence en cas de maladie figurent sur la liste des mesures défavorables aux fonctionnaires.

A lire aussi