Grand débat national : les gilets jaunes proposent leur propre plateforme

Un collectif de gilets jaunes a mis en ligne une plateforme de consultation similaire à celle du gouvernement pour recueillir les revendications des citoyens. Baptisée « Le vrai débat », elle propose huit thèmes et une rubrique « Expression libre ».
3mn de lecture
Les gilets jaunes ont mis en ligne leur propre plateforme de consultation en ligne.
Les gilets jaunes ont mis en ligne leur propre plateforme de consultation en ligne.

Deux semaines après le début du Grand débat national, le site Internet dédié à la consultation nationale a reçu la visite de plus d’un million de Français et le gouvernement aurait recueilli quelque 500 000 contributions directes d’internautes. Mais certains gilets jaunes, estimant que la plateforme n’offre pas les garanties d’indépendance et de transparence nécessaires à la tenue du débat, ont décidé de créer leur propre plateforme. Baptisée « Le vrai débat », elle est accessible depuis mercredi 30 janvier et vise le même objectif : recueillir les revendications des citoyens sur les questions sociétales.

Le site Internet a été fourni gratuitement par Cap Collectif, la start-up qui a conçu le site du Grand débat national du gouvernement. Le co-fondateur de Cap Collectif, Cyril Lage, « se positionne comme une personne neutre qui œuvre pour la démocratie ouverte que les gilets jaunes réclament depuis le début du mouvement », est-il précisé sur le site. « On est là pour accompagner tout le monde, les décideurs ou les collectifs ». « Nous avons le même outil, […] la différence, c’est ce qu’il y a dedans », a déclaré à l’AFP Lydie Coulon, l’une des administratrices du site.

Huit thématiques et une section « Expression libre »

Alors que le gouvernement organise le grand débat autour de quatre thématiques (la transition écologique, la fiscalité, l’organisation de l’Etat et des services publics et la démocratie et la citoyenneté), les gilets jaunes en proposent huit :

  • Démocratie, institutions
  • Transition écologique et solidaire, agriculture et alimentation, transport
  • Justice, police, armée
  • Europe, affaires étrangères, Outre-mer
  • Santé, solidarité, handicap
  • Économie, finances, travail, comptes publics
  • Éducation, jeunesse, enseignement supérieur, recherche et innovation
  • Sport, culture

La dernière section, « Expression libre », permet d’aborder tous les sujets qui ne peuvent pas être répertoriés dans les huit thèmes.

Une contribution plus libre

Sur le site du gouvernement, la contribution au grand débat consiste à répondre à un questionnaire pour chacun des thèmes. Sur le site Le vrai débat, les contributions sont libres. Il suffit d’indiquer un titre et de détailler sa proposition en précisant les bénéfices que sa mise en place apporterait.

> A LIRE : Comment contribuer en ligne au grand débat national ?

Voter et débattre

Sur le site du gouvernement, vous pouvez partager une contribution d’une autre personne sur les réseaux sociaux ou par mail mais vous ne pouvez pas donner votre avis. Sur le site des gilets jaunes, pour chaque proposition, vous pouvez voter (« d’accord », « mitigé » ou « pas d’accord ») et déposer un argument pour ou contre.

Un calendrier différent

Sur le site du gouvernement, il est possible de participer jusqu’au 15 mars ; sur le site des gilets jaunes, les propositions seront recueillies jusqu’au 3 mars. Puis du 4 au 17 mars, elles seront classées dans une synthèse par des personnalités indépendantes. Des conférences citoyennes seront ensuite organisées du 18 au 24 mars dans neuf villes (Bordeaux, Bourges, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Paris, Toulouse) afin de construire des propositions opérationnelles sur la base de la synthèse. Les participants seront tirés au sort parmi les inscrits sur la plateforme qui se seront portés volontaires. A partir du 25 mars, les citoyens sont invités à se saisir des revendications pour les porter auprès du gouvernement, des maires, des élus locaux, etc.

- Grand débat national : que contiennent les cahiers de doléances ?

- Suppression de la TVA sur les produits de première nécessité : qu’est-ce que ça changerait ?

-Nombre de parlementaires : les contributeurs au grand débat d’accord avec Emmanuel Macron

df
Sarah Corbeel
Publié le