« Gilets jaunes » : les réponses d’Emmanuel Macron

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Emmanuel Macron entouré de membres de son gouvernement, avant son discours mardi à l’Elysée.
Emmanuel Macron entouré de membres de son gouvernement, avant son discours mardi à l’Elysée. Emmanuel Macron entouré de membres de son gouvernement, avant son discours mardi à l’Elysée.

Emmanuel Macron a présenté mardi 27 novembre sa stratégie et sa méthode pour la transition écologique, dans un discours prononcé à l’Elysée en plein mouvement des « gilets jaunes ». Assurant entendre « la colère », le président de la République a évoqué différentes réformes, sans toutefois faire d’annonces précises.

Une modulation de la taxe sur les carburants en fonction des cours du pétrole

Le chef de l’Etat veut lancer une adaptation « de la hausse de la taxe » sur les carburants au niveau des prix du pétrole. « Je souhaite dans les 3 mois une méthode pour rendre plus intelligente cette taxe aujourd’hui un peu aveugle, et avoir tous les trimestres un rendez-vous qui atténue l’effet d’une envolée des cours mondiaux », a expliqué le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron ne remet pas en cause la convergence progressive des taxations de l’essence et du diesel.

Incitation à l’isolation

Le président de la République compte inciter les Français à rénover « les bâtiments existants ».

« Des moyens sont sur la table : 9 milliards € dans le cadre du plan d’investissement » annoncé en septembre 2017, a rappelé le chef de l’Etat. « Mais les résultats sont trop timides, nous devons accélérer non pas en fixant des limites ou des interdits mais des solutions concrètes avec les professionnels du secteur pour aller plus vite sur l’isolation et le renouvellement des équipements », a indiqué Emmanuel Macron.

Réduction de la production d’énergie nucléaire

La part d’électricité nucléaire produite en France va diminuer à l’horizon 2035. La fermeture de 4 à 6 réacteurs est prévue d’ici à 2030. Les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim doivent en outre fermer « à l’été 2020 ». Au total, 14 réacteurs ne seront plus en service en 2035. Les filières solaire et éolienne doivent être développées.

Fermeture de toutes les « centrales à charbon »

Toutes les « centrales à charbon » installées en France vont fermer « d’ici à 2022 », a confirmé le président de la République.

A lire aussi