Gaz : les tarifs réglementés vont encore augmenter en janvier

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Début janvier sera marqué par une nette hausse des prix du gaz.

Mauvaise nouvelle pour les quelque 6 millions de ménages qui ont choisi les tarifs réglementés d’Engie (ex-GDF Suez). Début janvier sera marqué par une nette hausse des prix du gaz, a rapporté lundi Le Figaro. Deux raisons à cela : la hausse des coûts d’approvisionnement et de la taxe carbone.

La progression des tarifs réglementés d’Engie, « dans le sillage de la remontée des cours du pétrole », sera de 2,3 %, tandis que la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), aussi nommée taxe carbone, « doit déboucher sur une augmentation de 3 % de la facture ». La taxe carbone, adoptée en 2014 et entrée en vigueur en 2016, pèse sur les produits sources d’émission de CO2. Elle est prélevée une fois par an, le 1er janvier, et il est prévu que son montant croisse dans les années à venir.

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a indiqué qu’elle n’était « pas encore saisie » de cette hausse des tarifs en janvier. Celle-ci doit faire l’objet d’une « délibération du collège la semaine prochaine », à l’exception du volet taxe carbone qui « n’entre pas dans (son) champ de compétences ».

Des tarifs révisés tous les mois

Les tarifs réglementés du gaz, appliqués par Engie, ont déjà augmenté de 1,6 % en novembre, de 2,6 % en décembre alors qu’en janvier 2016, ils avaient baissé en moyenne de 3,4 %. Depuis 2012, les tarifs sont révisés tous les mois, contre une fois par trimestre auparavant. Ils sont, pour la plus grande partie, indexés sur l’évolution du prix du marché de gros du gaz, lui-même connecté au cours du pétrole. Or, depuis janvier, celui-ci est remonté au-dessus de la barre des 50 dollars.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence le 1er juillet 2007, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre des offres aux tarifs réglementés et des offres aux prix du marché. Les premiers sont régulés par les pouvoirs publics et proposés uniquement par l’opérateur historique Engie, héritier de Gaz de France. Les abonnements aux prix de marché, fixés librement par les fournisseurs, peuvent être souscrits auprès d’Engie, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc.

A lire aussi