Gaz : les tarifs réglementés devraient fortement baisser au 1er juillet

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Les tarifs réglementés du gaz devraient baisser en juillet.

Voilà une bonne nouvelle pour les consommateurs juste avant de partir en vacances ! Les tarifs réglementés du gaz d'Engie (ex-GDF Suez) en France pourraient baisser de plus de 3,5 % au 1er juillet pour tenir compte de l'évolution des coûts que l'opérateur historique a supporté en 2016, selon un rapport de la Commission de régulation de l'énergie (CRE) publié jeudi 8 juin.

Ecart entre les recettes et les coûts

La CRE a précisé que cette baisse serait la conséquence pour 1,4 % de l'écart entre les recettes liées aux tarifs réglementés et les coûts réellement supportés par Engie en 2016, pour 1,1 % de la diminution des coûts d'utilisation des infrastructures et des coûts commerciaux, et pour plus de 1% du recul des coûts d'approvisionnement de l'opérateur.

Evolution des conditions d'approvisionnement

La CRE recommande également une évolution de la formule tarifaire afin de prendre davantage en compte les coûts d'approvisionnement. Ainsi le niveau d'indexation sur les prix de marché du gaz pris en compte devrait passer de 77,6 % à plus de 80 %. Sur la base de données disponibles début mai 2017, la CRE estime que l'évolution des coûts d'approvisionnement pourrait se traduire par une baisse additionnelle supérieure à 1 %.

Hausse des prix depuis 2008

Le graphique ci-dessous, proposé par la CRE, présente l’évolution des tarifs réglementés de vente de gaz naturel d'Engie en euros constants 2015 par mégawattheure pour un client moyen en distribution publique. Entre janvier 2008 et décembre 2016, les tarifs réglementés de vente en distribution publique ont augmenté de 7,1 € par mégawattheures en euros constants.

A lire aussi