Garde d’enfants : où vaut-il mieux habiter pour en trouver une ?

Assistantes maternelles, crèches, halte-garderie, nounous… L’offre d’accueil des enfants de moins de 3 ans progresse en France avec 58 places pour 100 petits en moyenne mais les disparités entre les départements demeurent fortes.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
En 2016, la capacité théorique d’accueil en France des tout-petits s’élevait à 1,37 million de places.
En 2016, la capacité théorique d’accueil en France des tout-petits s’élevait à 1,37 million de places.

En 2016, la capacité théorique d’accueil en France des tout-petits s’élevait à 1,37 million de places, soit 58,1 places pour 100 enfants âgés de moins de 3 ans, selon la lettre annuelle de l’Observatoire national de la petite enfance publiée mercredi 17 octobre. L’offre est en hausse de plus d’un point par rapport à 2015, qui comptait 56,6 places pour 100 jeunes enfants, en raison principalement de la baisse des naissances ces dernières années mais aussi de la création de 9 100 places en accueil collectif (crèches collectives, familiales, parentales ou micro-crèches) entre 2015 et 2016.

Dans le détail, l’offre des assistantes maternelles demeure la plus importante avec 789 400 places (33,5 % de l’accueil), suivie des crèches avec 437 600 places théoriques (18,5 %). Avec 96 300 places, les écoles pré-élémentaires ont une capacité d’accueil de 4,1 %. Les salariés exerçant au domicile des parents ne participent que marginalement à cette offre globale, avec 46 700 places (2 %).

Baisse du recours à une assistante maternelle

D’après les données provisoires relevées, près de 10 800 places en crèches, dont 7 200 dans les micro-crèches, ont été créées entre 2016 et 2017. Une progression qui répond à la demande des parents qui tendent à privilégier ce mode de garde. Le recours à une assistante maternelle a baissé de 0,8 % entre 2015 et 2016 et de 1 % entre fin 2016 et fin 2017.

Une offre d’accueil inégale entre les départements

L’Onape observe, par ailleurs, de fortes disparités entre les départements. En 2016, la capacité d’accueil se situe entre 10,1 places pour 100 enfants en Guyane et 92,8 en Haute-Loire. Sur le territoire métropolitain, l’ensemble des départements de Bretagne et des Pays de la Loire affiche des capacités théoriques d’accueil supérieures ou égales à 75 places. En Ile-de-France, Paris et les Hauts-de-Seine ont respectivement 69 et 65 places disponibles pour 100 bambins tandis que la Seine-Saint-Denis et le Val-d’Oise affichent des taux très inférieurs (32 et un peu moins de 40 places).

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :