Fleurir son balcon : les règles à respecter

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Fleurir son balcon est autorisé à condition de ne pas gêner ses voisins.
Fleurir son balcon est autorisé à condition de ne pas gêner ses voisins. Fleurir son balcon est autorisé à condition de ne pas gêner ses voisins.

Sauf restrictions spécifiques précisées dans le règlement de la copropriété, vous avez le droit d’installer des fleurs et plantes sur votre balcon. La législation française indique seulement que « la limite de votre propriété sur un balcon ou une terrasse s’arrête à la rambarde ».

A-t-on le droit d’accrocher des jardinières au balcon ?

Oui, si les jardinièresdonnent sur l’intérieur du balcon et non sur l’extérieur. Elles doivent être solidement fixées pour éviter tout accident. En effet, si un bac venait à chuter, vous seriez responsable des dégâts occasionnés.

Il est également préférable de choisir des pots et bacs à fleurs légers ainsi que des pots à réserve d’eau ou des soucoupes pour éviter à l’eau de s’écouler et de risquer d’arroser les voisins. En cas d’infiltration sur les façades, vous serez tenu pour responsable.

Toutes les plantes sont-elles autorisées ?

Les plantes grimpantes sont autorisées à condition qu’elles ne débordent pas sur la façade ou chez le voisin. Le mieux est d’installer un treillage pour les faire pousser et de les tailler régulièrement. Les plantes à grand développement, telle la vigne vierge ou la glycine, sont à éviter. En revanche, l’ipomée pourpre qui produit de belles fleurs violette tout l’été ou le jasmin d’été qui donne des fleurs blanches sont conseillés.

Sont également déconseillées les fleurs trop odorantes qui pourraient gêner les voisins et les plantes toxiques. L’ambroisie, qui peut provoquer des allergies à cause de son pollen, est par exemple à proscrire. Plusieurs arrêtés préfectoraux imposent ainsi son arrachage avant sa floraison. En cas de doute sur une plante, adressez-vous à une association de protection de la nature ou à l’administration des parcs naturels de votre région.

Enfin, les plans de cannabis sont évidemment interdits.

A lire aussi :

A lire aussi