Finalement, la réforme de la taxe d’habitation aura bien lieu en 2018

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Finalement, la réforme de la taxe d’habitation aura bien lieu en 2018
Finalement, la réforme de la taxe d’habitation aura bien lieu en 2018 Finalement, la réforme de la taxe d’habitation aura bien lieu en 2018

Lundi 10 juillet, le gouvernement a indiqué que la réforme de la taxe d’habitation interviendrait dès 2018, alors que, lors de sa déclaration de politique générale du 4 juillet dernier, le Premier ministre Edouard Philippe annonçait un report des baisses d’impôts pour, au mieux, 2019.

Le gouvernement a donc opéré une volte-face en moins d’une semaine, dans un contexte budgétaire plus contraignant que prévu pour descendre en-dessous du seuil de 3 % de déficit en 2017 et en 2018.

La suppression progressive de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages sera inscrite dans le projet de loi de finances pour 2018.

Elle suscite l’opposition d’une grande partie des élus locaux pour qui cette taxe représente une part importante des recettes des collectivités locales. Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à les rembourser à l’euro près.

Les contribuables concernés

Deux chercheurs de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) ont évalué les conséquences de cette réforme pour les contribuables.

Selon leur étude, le gain moyen serait de 325 euros par an et par ménage acquittant actuellement la taxe d’habitation.

Ceux qui gagneraient le plus seraient les classes dites « moyennes ».

Ainsi, l’ensemble des ménages ayant un niveau de vie inférieur à 1 700 euros par mois ne paieraient plus de taxe d’habitation.

Au total, sur les 16,6 millions de ménages qui devraient bénéficier de la réforme, 11,4 millions (70 %) ont un niveau de vie compris entre 14 820 euros par an et 23 840 euros par an.

A lire aussi