Fin des tarifs réglementés du gaz : faut-il s’en réjouir ?

Depuis mercredi, seules des offres de marché peuvent être commercialisées auprès des particuliers.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les tarifs réglementés du gaz sont voués à disparaître.
Les tarifs réglementés du gaz sont voués à disparaître. © silvia

Les tarifs réglementés du gaz, proposés par Engie (ex-GDF Suez) et des régies locales de distribution (RLD), sont appelés à disparaître : les particuliers ne peuvent plus souscrire que des offres de marché, donc libres. Depuis mercredi 20 novembre, l’héritier de l’ancien monopole public n’est plus en mesure de vendre des offres fondées sur les tarifs transmis chaque mois par le groupe à la Commission de régulation de l’énergie (CRE). La commercialisation de telles offres a déjà pris fin le 13 novembre pour la régie Gaz de Bordeaux et le 18 novembre pour Electricité de Strasbourg, indique le site officiel Energie-info.

Les contrats en cours relevant des tarifs réglementés restent applicables jusqu’au 30 juin 2023, sauf si vous choisissez d’ici là de souscrire l’une des offres de marché que proposent Engie, les RLD et les autres fournisseurs, dits alternatifs.

« Cette ouverture complète du marché de détail du gaz constitue une bonne nouvelle pour les consommateurs », estime auprès de Dossier Familial Claire-Estelle Gourinat, porte-parole de Selectra, un comparateur de différents services, notamment de gaz, qui dispose de partenariats avec des fournisseurs.

« Certains foyers souscrivaient par automatisme aux offres reposant sur les tarifs réglementés», justifie Claire-Estelle Gourinat, qui assure que les autres offres, notamment vertes, « permettent de s’adapter davantage à la demande ».

Mais, remarquait en juillet 2017 Consommation, logement et cadre de vie (CLCV), « le tarif réglementé protège les consommateurs, en agissant comme un prix plafond impossible à dépasser pour les offres de marché ».

« Au-delà du risque d’augmentation des prix, sa disparition entraînerait la fin d’un référentiel permettant [...] d’évaluer l’intérêt et la pertinence de ces offres », déplorait dans un communiqué l’association agréée de consommateurs.

Des courriers d’Engie

Attendez-vous à voir surgir des propositions d’entreprises profitant de la fin des tarifs réglementés. « Depuis quelques années, et encore davantage depuis ces derniers mois, les fournisseurs essaient de gagner de la visibilité en proposant des offres de plus en plus compétitives », indique Claire-Estelle Gourinat.

Engie va envoyer des courriers à ses abonnés dont les contrats reposent sur les tarifs réglementés, conclut l’experte de Selectra.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :