TikTok : une appli dangereuse pour les mineurs ?

Manque de protection des mineurs contre la publicité cachée et les contenus inappropriés, système trompeur de monnaie virtuelle… L’UFC-Que Choisir se joint à une plainte européenne contre l’application chinoise TikTok pour ses infractions au droit des utilisateurs.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Mike Blake- Reuters

Très populaire auprès des ados, l’application chinoise de partage de vidéos courtes, TikTok, est dans le viseur de l’UFC-Que Choisir. L’association de consommateurs s’est jointe à la plainte déposée par le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) auprès de la Commission européenne et du réseau des autorités de protection des consommateurs pour alerter sur le non-respect des droits des utilisateurs.

Protection des mineurs insuffisante

Alors que l’application, qui accepte les inscriptions à partir de l’âge de 13 ans, est surtout plébiscitée par les jeunes, « les mesures mises en œuvre pour protéger ce public vulnérable ne sont pas clairement au rendez-vous », dénonce l’UFC-Que Choisir. Elle pointe notamment le manque de protection contre la publicité cachée. « Les marques se servent bien souvent des influenceurs pour lancer par exemple des concours de hashtags, et masquer ainsi leur véritable intention marketing », explique l’association. Par ailleurs, le décès d’une fillette italienne de 10 ans fin janvier alors qu’elle participait au « jeu du foulard » sur le réseau social montre qu’il ne protège pas les utilisateurs contre les contenus potentiellement dangereux. Des vidéos sexuellement explicites sont aussi parfois proposées après quelques minutes de visionnage, « ce qui laisse penser que la sécurité de l’application n’est pas suffisamment garantie ».

« Un système trompeur de monnaie virtuelle »

Autre grief : TikTok encourage les utilisateurs à acheter des pièces et cadeaux virtuels pour récompenser leurs vidéos préférées. « Un système trompeur », selon l’association puisque tout est mis en œuvre pour faire oublier qu’il s’agit d’argent réel.

Elle dénonce aussi des clauses contraires à la loi qui permettent au réseau social de faire « ce qu’il veut des vidéos publiées : les utiliser, les modifier, les reproduire sans que les utilisateurs n’aient leur mot à dire ».

Manque de protection des données

Enfin, l’application n’informe pas clairement les utilisateurs sur les données personnelles collectées contrairement aux obligations du Règlement générale sur la protection des données (RGPD).

Devant ces multiples infractions aux droits des utilisateurs, l’UFC-Que Choisir et le BEUC demandent qu’une enquête à l’échelle européenne et nationale (menée en France par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) sur les pratiques de TikTok soit lancée et que les autorités de protection de consommateurs contraignent le réseau social à :

  • mieux informer les consommateurs sur sa politique et son modèle économique ;
  • expliquer le fonctionnement de politique d’achat de pièces de monnaie ;
  • mettre en place des mesures efficaces de protection des mineurs.

Partager cet article :