Réouverture complète des crèches : comment ça va se passer  ?

La limite d’accueil de 10 enfants va disparaître à compter du 22 juin, un nouveau protocole sanitaire, plus souple que l’actuel, devant entrer en vigueur.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Crèches
Un protocole sanitaire est mis en œuvre dans les crèches depuis le 11 mai. © FatCamera

Les tout-petits vont-ils revenir en masse dans les crèches ? La limite d’accueil de 10 enfants, prévue dans le protocole sanitaire mis en œuvre depuis le 11 mai, va disparaître à partir du 22 juin, indique ce mercredi à Dossier Familial le cabinet de la secrétaire d’Etat auprès du ministre des Solidarités et de la santé, Christelle Dubos.

L’ensemble des crèches, publiques ou privés, mais aussi les assistantes maternelles et les maisons d’assistantes maternelles, vont rouvrir « complètement » le 22 juin, a souligné, dans Le Parisien/Aujourd’hui en France de mercredi, Christelle Dubos, qui a détaillé l’annonce faite en ce sens par le président de la République, Emmanuel Macron, dans son discours dimanche dernier.

Un nouveau protocole sanitaire, plus souple que celui en vigueur depuis le 11 mai, doit être publié jeudi pour le secteur de la petite enfance, selon le cabinet de la secrétaire d’Etat.

Sont actuellement prioritaires pour être gardés dans les structures d’accueil les enfants :

  • des personnels considérés comme étant en « première ligne » dans la crise sanitaire, comme les soignants, déjà prioritaires durant le confinement ;
  • des enseignants ;
  • de parents isolés et de familles monoparentales ;
  • dont les parents travaillent et ne peuvent pratiquer le télétravail.

Pas de distanciation physique dans les crèches

La distanciation physique ne peut être respectée avec les tout-petits dans les crèches. Elle « n’est ni possible ni souhaitable quand vous vous occupez d’un enfant, a rappelé Christelle Dubos. Dès que les crèches ont pu rouvrir le 11 mai, la règle a été adaptée à ce cas particulier et appliquée seulement pendant la sieste ou les repas ».

Le gouvernement supprime l’obligation de respecter la distanciation. « L’évolution de la situation sanitaire et notre connaissance plus fine de la contagiosité du virus nous permettent aujourd’hui de lever ces contraintes », a fait savoir la secrétaire d’Etat.

Port du masque obligatoire lors des arrivées et des départs dans les crèches

Les personnes amenant les enfants le matin et les récupérant le soir devront porter un masque. Au moment des arrivées et des départs, les professionnels de la petite enfance seront également tenus de porter un masque. Mais pas durant la journée, lors de leurs activités avec les enfants.

Une telle mesure marque un changement par rapport au protocole sanitaire encore en vigueur, qui impose le port d’un masque grand public par les professionnels, dans l’hypothèse où la distance minimale d’un mètre ne peut être mise en œuvre.

Les « sols » et les « jeux » feront l’objet d’un nettoyage.

Demandes de paiement des crèches

Certaines crèches ont continué à exiger un règlement aux parents malgré la fermeture.

Christelle Dubos ne veut pas s’« immiscer » dans « un contrat privé qui les parents à leur crèche ». Elle « invite » les parents à « être vigilants ». « Si nous avons soutenu chaque place de crèche non occupée pendant la crise, c’est pour éviter aux parents d’être facturés », a souligné la secrétaire d’Etat. Une manière polie de dire que le gouvernement ne peut rien faire pour les aider à obtenir un remboursement.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :